Dodge occasion : Toutes les annonces Dodge occasion à vendre sur AutoScout24

Trouvez le véhicule souhaité

Offres correspondant à votre recherche

Offres correspondant à votre recherche

Dodge s’est développé grâce aux vans et pick-up

La Dodge, comme on l’appelle de l’autre côté de l’Atlantique, a vu le jour en 1914. Initialement, le constructeur s’était fait un nom à travers la production de berlines et de camions. Puis 1928, le petit Chrysler racheta Dodge, pourtant cinq fois plus grand. Dès lors Dodge évoluera comme une marque. A partir des années 1960, Dodge va connaître un succès grandissant sur les segments des pick-up et des vans. Ainsi dans les lignes B, C et D, un des modèles emblématiques, le Ram, offre avec un moteurs V8 et une cylindrée de 5,9 litres. Les SUV Dodge ont été parmi les modèles les plus vendus dans leur catégorie au cours des années 1980 sur le marché nord-américain. En Europe, la marque est surtout connue pour la Viper, une voiture de sport distribuée par la maison-mère Chrysler à partir de 1992.

La Muscle Car Viper forge l’image de marque de Dodge en Europe

Avec ses caractéristiques typiquement américaines et son once de démesure sur tous les plans, la Dodge Viper a beaucoup compté pour l’image de marque de Dodge en Europe. Le constructeur a fait appel à l’expertise de Lamborghini concernant la partie moteur. Le V10 de 8 litres de cylindrée en aluminium possédait ainsi des gènes européens. La Viper RT offrait 394 ch et la GTS 456 ch. En 2003, l’arrivée d’un 8,3 litres a permis de porter la puissance à 506 ch. Moins de quatre seconde étaient nécessaires pour passer de 0 à 100 km/h et la vitesse de pointe dépassait les 300 km/h. Le prix du plaisir s’alliait à celui de l’essence nécessaire pour faire fonctionner l‘engin, avec une consommation moyenne de 21,1 litres aux cent kilomètres (489 g/km de CO2).

Avec le Caliber, Dodge s’est implanté en Europe à partir de 2006

Avec la séparation de la maison-mère Chrysler de Daimler-Benz, une nouvelle stratégie a été imposée à Dodge. L’idée était alors de positionner la marque sur le plus grand nombre possible de segments en dehors des citadines et des limousines. Ceci s’est fait avec des modèles à l’identité affirmée tel que le Caliber, un véhicule se positionnant entre le break classique et le SUV. Les motorisations étaient adaptées à l’Europe avec un 1,8 litres (150 ch) et un 2,0 litres (156 ch) essence consommant respectivement 7,4 litres (177 g/km de CO2) et 8,0 litres (191 g/km de CO2) aux cent kilomètres. Un turbodiesel de 140 ch était même disponible, consommant 6,1 litres aux cent kilomètres (163 g/km de CO2).

La haute calandre, signe distinctif de la marque Dodge

Avec ses ailles évasées et sa calandre imposante, le Dodge Nitro apparu en 2007 en Europe reprenait les canons esthétiques de la marque. Le SUV construit en Ohio, basé sur la plateforme de la Jeep Cherokee, complétait la gamme en Europe avec des versions deux ou quatre roues motrices. Son moteur diesel de 2,8 litres développait 177 ch et consommait entre 8,4 et 9 litres aux cent kilomètres (242 g/km de CO2). Sur le segment des catégories moyenne, Dodge proposa ensuite la quatre portes Avenger à partir de 2007. Il s’agissait de la renaissance d’un modèle arrêté en 2000. Sous ses allures sportives, cette berline était une paisible familiale équipée d’un moteur essence de 156 ch ou d’un turbo diesel 2,0 litres de 140 ch. Avec ses 6,2 litres aux cent kilomètres et une émission de CO2 170g/km, il s’agissait de la Dodge la plus économique juste après le Caliber. Le Dodge Journey, apparu en 2008, était quant à lui un monospace doté de vraies capacités tout-terrain proposant un 2,4 litres essence (170 ch) et un 2,0 litres diesel (140 ch). La consommation s’échelonnait entre 6,3 et 8,8 litres selon les modèles pour une émission de CO2 entre 165 et 209 g/km.