Acheter McLaren d'occasion pas cher sur AutoScout24.fr

Trouvez le véhicule souhaité

Offres correspondant à votre recherche

Offres correspondant à votre recherche

Le nom du constructeur McLaren est étroitement lié à l’histoire du sport automobile, et tout particulièrement à l’histoire de la Formule 1. Le McLaren Group produit des véhicules pour la compétition avec sa branche McLaren Racing, ainsi que des véhicules de sport ultra-performants par le biais de la filiale McLaren Automotive. Cette dernière travaille par ailleurs en étroite collaboration avec McLaren Racing pour la conception de ses véhicules, qui intègrent de nombreuses technologies issues de l’univers de la de Formule 1 dans une voiture de route. Le McLaren Group a également pour filiales McLaren Electronic Systems, McLaren Marketing, McLaren Applied Technologies, McLaren Animation, et Absolute Taste. Des entreprises qui sont toutes spécialisées dans les technologies de pointe. Le McLaren Group tire ses origines de l’entreprise McLaren Racing, fondée en 1963 par le champion de Formule 1 Bruce McLaren. Cette entreprise deviendra par la suite une célèbre écurie, qui écrira de grandes pages de l’histoire du sport automobile. À la mort de Bruce McLaren, Teddy Mayer reprend les commandes et porte l’écurie vers de nouveaux succès. Mais c’est l’arrivée de Ron Dennis aux commandes de l’écurie, en 1980, qui va sans doute contribuer à l’écriture de quelques-unes des plus belles pages de l’histoire de la F1, tout en permettant à l’entreprise McLaren de se diversifier en devenant, en 1985, le McLaren Group.

McLaren Automotive, le rêve de Bruce McLaren

Avant sa mort tragique en 1970, Bruce McLaren avait un projet qui lui tenait vraiment à cœur : créer la voiture la plus rapide du monde, et dotée d’une accélération sans aucun autre équivalent. Une voiture qui exprimerait par ailleurs son expérience des pistes de course, afin de devenir la meilleure de toutes les voitures sportives. En 1989, Ron Dennis fonde McLaren Automotive, une entreprise qui n’a jamais produit une grande quantité de voitures, mais dont les quelques modèles commercialisés sont entrés dans l’histoire de l’automobile. Ainsi, en 1992, la firme présente sa première voiture, la McLaren F1. Conçue par Gordon Murray, elle est longtemps restée la voiture de série la plus rapide du monde, et reste toujours l’une des plus rapides à l’heure actuelle.

La McLaren F1, la voiture de série aux multiples records

Il faut certes utiliser beaucoup de chiffres pour évoquer la McLaren F1. Produite à 106 exemplaires entre 1992 et 1998, la F1 a été déclinée en plusieurs versions au fil des années : LM, GT et GTR. Sur la centaine de véhicules produits, 71 ont été homologués, 28 ont été modifiés pour la course, et trois sont restés à l’état de prototypes. La F1 est équipée d’un moteur V12 de 627 chevaux, développé par BMW Motorsport. Cette voiture doit son extrême légèreté à son châssis monocoque, utilisant des matériaux composites en fibre de carbone. L’isolement thermique du compartiment moteur a été réalisé avec un film d’or, toujours dans le but de gagner du poids. Avec son poids total de 1140 kg et son couple maximum de 651 Nm, la F1 à une vitesse maximum de 391 km/h.

L’appel de la course, et la victoire aux 24 heures du Mans

Il ne fallut pas longtemps pour que les performances exceptionnelles de la F1 attirent l’attention, et que des demandes pressantes soient faites à McLaren pour la production d’une version de course, capable de prendre part aux compétitions GT et aux 24 heures du Mans. Bien que la voiture n’ait pas été conçue pour être une voiture de course, le constructeur a adapté la F1 aux rigueurs des courses d’endurance. Neuf modèles GTR ont été conçus, avec un poids allégé de 90 kg, de plus grands disques de frein et des apports aérodynamiques. Elle remportera les championnats BPR Global GT Series en 1995, et triomphera la même année au Mans, en remportant la course. C’était une victoire historique à plus d’un titre, puisque la F1 remportait pour sa première participation une victoire face à des prototypes de voitures de sport allégées, et face à des voitures conçues dans le seul but de la compétition. Ce fut aussi un événement marquant pour McLaren et pour Le Mans, car pour la première fois depuis 1930, la course des 24 heures était remportée par une voiture conçue pour la route, face à des voitures conçues spécifiquement pour la course. Il s’agissait, en outre, de la toute première fois que le véhicule gagnant avait été contraint de réduire sa puissance afin de pouvoir participer à la course (600 chevaux au lieu de 627). Un autre fait marquant était que cette victoire n’était pas le fait de la chance du débutant, puisque les F1 ont fini à la première, troisième, quatrième, cinquième, et treizième places, avec seulement un véhicule n’ayant pas passé la ligne d’arrivée à cause d’un accident. McLaren célébra cette victoire avec la production de la McLaren F1 LM (acronyme de Le Mans), en série limitée.

La F1 devient une icône, et McLaren continue sur sa lancée

Arrivée en fin de production en 1998, La F1 devient une voiture d’occasion très recherchée, et l’une des occasions les plus chères du marché. Même d’occasion, les différentes versions du véhicule battent en effet des records lors des ventes aux enchères. Les F1 d’occasion sont tellement recherchées que beaucoup de modèles GTR ont été convertis pour un usage routier, après leur retrait de compétition. Ces voitures d’occasion un peu particulières furent transformées en superbes voitures de sport, après l’addition de silencieux, la modification d’éléments de la suspension (pour relever la garde au sol), et le retrait des brides d’admission, afin de libérer toute la puissance du V12. En 2003, le constructeur revient avec une voiture développée conjointement avec Mercedes, la SLR McLaren. Mais c’est en 2011 qu’il fait son grand retour avec la McLaren MP4-12C, qui sera une véritable vitrine technologique du savoir-faire de McLaren Automotive. Elle est bientôt suivie d’un modèle hybride, la McLaren P1. En 2014, enfin, la McLaren 650 S est annoncée en remplacement de la MP4-12C, dont la production s’arrête.