Essai: Audi A3 – Complément d'info

Il faudrait des pages et des pages si on voulait tout dire d'une nouveauté aussi importante que la nouvelle Audi A3. C'est pourquoi nous vous proposons ce petit addendum à notre prise en main mise en ligne il y a quelques jours.

Nous nous étions précédemment concentrés sur l'essentiel: le look et les sensations de conduite. Voici un peu plus de détails quant à une technologie disponible pour la première fois au monde sur un moteur 4 cylindres: le Cylinder On Demand.

Demi-moteur

Nous vous parlions dans notre prise en main du 1.6 TDI. Mais l'essence regagnant du terrain dans le cœur des conducteurs, il faut évidemment parler du moteur essence qui se vendra le mieux sous le capot de l'A3 (notre fiscalité réservant au 1.8 TFSI un rôle de figurant): le 1.4 TFSI. Ce brillant petit moteur ne manque pas d'atouts: injection directe et turbo sont déjà garants de performances et de sobriété: 203 km/h, 0-100 en 9,3 sec, 5,2 l/100 km, 120 g CO2/km. Il lâche 122 ch et 200 Nm. Un couple pas vraiment impressionnant, jusqu'à ce qu'on découvre qu'il est disponible dès 1.400 tours! Dans la pratique, c'est un moteur dont la légèreté met en évidence celle de la direction (qui manque hélas toujours de feedback) et qu'on prend tant plaisir à cravacher que votre serviteur, pourtant toujours soucieux de tester le potentiel économique d'une voiture, a complètement oublié de le faire cette fois. Au terme de 170 km de lacets montagneux, l'ordinateur de bord annonçait donc un peu moins de 8,5 litres. Ce qui, vu le rythme de conduite, n'est franchement pas mal. Tout le temps à fond? Non, la route nous faisait parfois traverser des villages où nous étions parfaitement dans les vitesses légales. Et c'est là que se manifeste un élément qui a probablement contribué aux consos relativement raisonnables: le Cylinder On Demand. En français, on dira "désactivation de cylindres". Ce principe déjà présent sur quelques V8 des grands constructeurs allemands est disponible pour la première fois sur un moteur 4 cylindres. La Polo sera la prochaine à en bénéficier.

Le principe est simple: quand le moteur ne fournit qu'un petit effort, à plat et à vitesse constante par exemple, la voiture est capable de désactiver deux des quatre cylindres de son moteur. Pour les amateurs de techniques: des petits poussoirs à commande électronique déplacent les cames des cylindres 2 et 3, de manière à ce qu'elles ne puissent plus ouvrir les soupapes. Le moteur tourne donc uniquement sur les cylindres 1 et 4. Fin de la parenthèse technique.

Imperceptible

Cette désactivation s'exécute en une fraction de seconde, tout comme la réactivation d'ailleurs, dès que la demande est plus forte. Le seul indice qu'on est sur "deux pattes" se trouve sur l'écran du tableau de bord, qui affiche alors "2 Cylinder Mode". Il faut vraiment tendre l'oreille et s'y connaître un peu pour, dans certains cas, reconnaitre une sonorité de moteur bicylindre. Et oui, on sent parfois un léger à

L'Audi A3 1.4 TFSI démarre à 23.100€.

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Salon de Francfort : le début de la fin ?

De Tomaso P72 : Ressusciter avec style

Mini Cooper SE : 200 kilomètres

Afficher plus