Essai: Audi A6 Allroad quattro 3.0 TDI clean diesel 320 ch – Le "Wow-diesel"

Ceci n'est pas un diesel parmi tant d'autres. Avec ses 320 ch, le 6 cylindres 3.0 TDI affiche deux personnalités. De "agréablement rapide" à "wooooow, c'est bien par-là, Le Mans?".

L'Audi A6 vient d'être mise à jour. Le facelift est discret, mais la version Allroad a clairement plus de cachet, notamment grâce à des blocs optiques plus expressifs. La voiture a aussi perdu du poids, Audi ayant utilisé de nouveaux aciers.

Nous avons toujours eu un faible pour l'Audi A6 Allroad. Les solides éléments de protection dont elle est revêtue lui donnent d'après-nous un air de James Bond émergeant d'un lac, retirant sa combi de plongée sous laquelle il porte son impeccable smoking et pénètrant ensuite dans un casino. L'Allroad affiche le même mélange de force et de style. De plus, contrairement à sa petite sœur A4 Allroad, elle reçoit en série des suspensions pneumatiques qui permettent de rehausser l'assiette. Hiver, boue: broutilles. Bien sûr tout cela a un prix, qui ne se fait pas plus doux à l'occasion de ce facelift.

Débauche de ch et de Nm

Audi propose différentes version du 3.0 TDI, allant de 218 ch (58.730€) à 320 ch (72.320€). Cette dernière est pourvue de deux turbos qui permettent de disposer d'une débauche de puissance et de couple sur une très vaste plage de régimes. Entre 1.400 et 2.800 tours, le moteur lâche 650 Nm, puis les 320 ch prennent le relais entre 3.800 et 4.600. La boîte auto 8 en série s'adapte parfaitement à toutes vos humeurs. Les performances sont à l'avenant: 0-100 en 5,5 secondes et 250 km/h en pointe, limitée électroniquement. C'est plus rapide que le pourtant plus puissant 3.0 TFSI. Enfin grâce à une amplification sonore dans l'échappement, le diesel chante volontiers sur des intonations vraiment sportives.

Et au volant aussi, on la sent bien, la sportivité. La voiture est capable de se balader tout en douceur lorsque les suspensions sont réglées sur "Confort", mais mettez tout ça en "Sport" et vous comprendrez tout de suite que cette Audi en a sous la pédale. Ca resterait à vérifier sur pièces, mais il semble que ce diesel soit capable de dominer n'importe quelle sportive à moteur essence atmosphérique.

En tout cas, en vitesse pure en ligne droite. Car dynamiquement, même si l'Allroad fait preuve de beaucoup de tenue, il ne faut pas espérer de miracle. Mais comme bonne à tout faire, elle est quasi imbattable. Audi annonce une moyenne de 6,5 l/100 km pour 172 gCO2/km et en pratique, nous sommes facilement restés sous les 8 litres. En se donnant un peu plus la peine, nous pensons que les 7 litres sont tenables.

Bonne excuse

En série, on a droit à la clim automatique, aux jantes 18'' et à un système audio. Mais selon la tradition, le prix grimpe très vite à mesure qu'on se laisse tenter par les options. L'Allroad reste une Audi plutôt coûteuse. C'est la voiture sur laquelle louchent les chefs d'entreprise qui trouvent qu'ils ont bien mérité de se faire plaisir. Le truc, c'est que les émissions de CO2 restent un peu élevées pour rendre la voiture acceptable par le service comptabilité. Ajoutez à cela la relativement forte dépréciation de ce genre d'auto, et il ne lui reste plus guère d'argument rationnel. Côté émotionnel, par contre…

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Salon de Francfort : le début de la fin ?

De Tomaso P72 : Ressusciter avec style

Mini Cooper SE : 200 kilomètres

Afficher plus