Essai: Audi RS 3 Sportback – Cerise sur le gâteau

La nouvelle Audi A3 est dans les starting-blocks, mais le "vieux" modèle n'a pas dit son dernier mot. Surtout si on s'intéresse à la version sportive: la RS3 cache 340 petits chevaux sous le capot.

Il est de tradition chez Audi de saluer la fin de vie d'un modèle par une version hyper-sportive. C'est pourquoi on attend toujours l'eau à la bouche cette cerise sur le gâteau qui fait particulièrement honneur à la signature de la marque: "Vorsprung durch Technik", l'avance par la technologie.

Avec l'A3, Audi ne change pas le scénario. La RS3 reçoit en l'occurrence le 5 cylindres 2.5 Turbo de 340 ch, qui permet à cette familiale sage en apparence d'accrocher des prestations dignes d'une GT. J'ai eu l'occasion de parcourir un petit bout d'Autobahn au volant et c'est vraiment là qu'on profite le mieux de ce petit missile, calé sans arrière-pensée sur la bande de gauche. Suivre sans effort de grosses BMW et même des Porsche, c'est un sentiment jouissif.

S-Tronic et Quattro

Le 5 cylindres gavé qui fait déjà son office dans la TT-RS a plus de puissance qu'il n'en faut, et puis la voiture à l'art de faire passer parfaitement tout cela dans l'asphalte. On dispose pour cela à Ingolstadt d'un concept qui a fait ses preuves: la transmission Quattro et la boîte robotisée S-Tronic à 7 rapports et double embrayage. La transmission à embrayage Haldex digère sans problème les 340 ch et les 450 Nm, si bien que n'importe qui peut conduire cette compacte super sportive d'une seule main. Et c'est d'ailleurs là que se manifeste le seul point faible de la RS3: la puissance est délivrée de façon linéaire, presque stérile et on reste en manque du kick tant attendu.

Il n'y a pas si longtemps, emmener valser une sportive de plus de 300 ch était un vrai challenge et les mains moites étaient garanties. Dans une RS3, c'est d'une simplicité enfantine. C'est d'ailleurs un peu dommage, mais au-moins est-ce bien plus sûr et plus facile pour le conducteur lambda, et une promenade pour le technicien du volant.

Je ne veux certainement pas dire par là qu'un parcours au volant d'une RS3 est d'un ennui mortel. Au contraire! Lorsque l'infrastructure le permet, cette petite Audi file comme le vent et il faut rester vigilent pour la maintenir dans de belles trajectoires. Cette petite bombe peut flinguer le 0-100 en moins de 5 secondes et continuera à exploser jusqu'à 250 km/h. Un petit monstre à pousser quand on est chez nos voisins de l'Est, mais c'est vraiment toujours très tentant. D'autant que ce sentiment de pouvoir tenir en respect une GT coûtant plus du double avec une RS3 a vraiment quelque chose de satisfaisant.

Super-sportive pour tous les jours

Maintenant, il faut dire que toute cette technologie d'avant-garde de la RS3 a un prix, et un solide. Surtout pour une voiture de ce format. 55.400€, c'est pas rien, même pour une telle overdose de chevaux et même pour un look si aguicheur fait de spoilers et de jantes 19.

Au fond, on estampillera la RS3 "opération marketing réussie". Cette fusée sur roues est un engin pour père de famille fortuné allemand, qui veut déposer ses enfants à l'école en toute discrétion avant de prendre l'autoroute vers le boulot et de caler l'aiguille du compteur (bien) au-dessus de 200. Comment mieux commencer une journée?

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Porsche 718 Spyder & Cayman GT4 : la pureté n'est pas morte !

Peugeot 2008 : Success Story, chapitre 2

Renault Zoé 2019 : toujours plus loin…

Afficher plus