Essai: BMW 328i GT – La bonne voiture avec le mauvais moteur

La Gran Turismo se présente comme le choix du confort proposé à celui qui tient absolument à rouler en Série 3. Le fait que cette dernière ait fait quelque pas en direction du confort, c'est une chose. Mais la 3 GT va un peu plus loin…

Avec la Série 3 GT, BMW "miniaturise" la recette déjà appliquée à la Série 5. Tant esthétiquement qu'en termes de caractère, ceci est la Saab 900 de BMW. Alors que la 5 GT souffre d'une certaine lourdeur, le long profil hatchback sied bien mieux à la Série 3.

Osons même dire que la Gran Turismo est, parmi les Série 3 actuelles, celle qui a le plus de caractère. Elle est 20 cm plus longue qu'une Touring, repose sur un empattement de 11 cm de plus et elle est aussi 8,1 cm plus haute. La GT et donc très logiquement un exemple d'habitabilité, surtout si on la compare à une Audi A5 Sportback, sa concurrente la plus directe. Sous l'énorme hayon arrière se cache un non moins énorme coffre: 520 litres, soit plus encore que le coffre d'une Touring. Le comble! Il n'y a guère que la hauteur de l'ouverture qui pourra être un handicap léger. Car une fois les banquettes rabattues, on se retrouve avec un volume utile de 1.600 litres.

Turbo-power

Des chiffres impressionnants, et il faut un moteur impressionnant dans cette 328i GT pour être à la hauteur. La 328i ne reçoit plus de bloc 6 cylindres, mais bien un 4 cylindres 2.0 suralimenté. Grâce au turbo twinscroll, la puissance atteint 245 ch à 5.000 tours et 350 Nm entre 1.250 et 4.800. En principe, c'est ce qu'il faut pour une vitesse de pointe de 250 km/h et tuer le 0-100 en 6,1 secondes. La boîte livrée en série est une manuelle 6 rapports mais c'est avec la boîte auto 8 que nous avons essayé la voiture. On peut utiliser cette boîte manuellement mais c'est bien en position D et quand on la laisse faire qu'elle est le plus à l'aise.

Et si la boîte auto se marie à merveille avec le caractère soft de la voiture, ce n'est pas vraiment le cas du moteur… Car il lui manque clairement le caractère onctueux et la vois d'un 6 cylindres. Oui, il est rapide. Mais il faut sans cesse le relancer pour garder le rythme. Par ailleurs, avec un style de conduite classique, il avalera aisément 8,5 l/100 km en moyenne. On est loin des 6,4 litres (149 g CO2/km) annoncés par BMW. Mais c'est vrai, on est bien en-dessous de ce qu'engloutirait un 6 en ligne 2.5 ou 3.0.

Docile

La plus-value de cette 328i GT? Quand on en a vraiment envie, elle se laisse docilement cravacher. Et on découvre alors les qualités qui font de l'actuelle Série 3 une machine si agréable à piloter: un train avant léger, une équilibre neutre et persistant qui permet de conduire la voiture en courbe "à l'accélérateur". Le truc, c'est que telle n'est pas la véritable vocation de la 3 GT. Sa vocation, c'est d'installer le conducteur et la petite famille dans la ouate tout au long du voyage. Et là, le confort de roulage de la finition Modern est remarquable, sans qu'il soit nécessaire de modifier les réglages. On note au passage que BMW s'est lâché sur les fonctions d'info-divertissement en ligne, fonctions qui sont heureusement facilement accessible à travers les différents menus. Ou bien est-ce nous qui nous sommes enfin habitués à l'iDrive?

Par son prix de base de 47.443€ et par ses taxes impayable, la 328i GT se met en fait hors-jeu elle-même. A notre avis, la 320d à 39.769€ convient bien mieux au caractère de cette Gran Turismo: voyager loin et confortablement.

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Porsche 718 Spyder & Cayman GT4 : la pureté n'est pas morte !

Peugeot 2008 : Success Story, chapitre 2

Renault Zoé 2019 : toujours plus loin…

Afficher plus