Essai: Citroën DS3 Cabrio Faubourg Addict – Bouffée d’air pour citadins

Les beaux jours sont là ! Et quoi de mieux pour profiter du soleil qu’une balade en cabriolet ? Oui mais, sans les cheveux décoiffés, sans les courants d’airs et sans perdre son élégance !

Dans ce cas, la DS 3 Cabrio Faubourg Addict est la voiture qu’il vous faut ! Alternative française du segment des citadines Premium, la DS3 Cabrio entend asseoir un peu plus encore son statut de reine du chic et du raffinement avec cette série spéciale Faubourg Addict. Celle-ci se distingue par une teinte extérieure d’un noir profond aux reflets violacés, baptisée «Whisper» (le noir et le blanc sont également proposés), assortie de coques de rétroviseurs et d’une capote aux motifs DS. Le tout, campé sur des jantes de 16 pouces bicolores.

A bord, l’habitacle typique de la DS3 reste inchangé, et aurait sans doute mérité l’un ou l’autre détail distinctif. Mais on ne boudera pas notre plaisir de retrouver ce poste de conduite et ce meuble de bord aux commandes lisibles et ergonomiques, d’autant qu’il est enrichi d’emblée du système multimédia avec navigation. Un dispositif qui commence toutefois à accuser un certain retard par rapport à la concurrence plus moderne, mais gageons que le nouveau Multicity apparu sur la C4 Cactus déboulera bien vite sur les autres modèles de la gamme.

Là où la DS3 Cabrio étonne, c’est par la générosité de son espace. Quatre adultes d’un mètre quatre-vingt peuvent prendre place à bord confortablement et le coffre affiche une contenance généreuse de 245 litres. Un espace malheureusement rendu totalement inexploitable par l’étroitesse et la complexité du système d’ouverture. Afin de se démarquer de la concurrence, Citroën a opté pour une cinématique originale du panneau de hayon, qui se glisse devant la lunette arrière. Une fausse bonne idée puisque non seulement l’ouverture libérée est très réduite, mais oblige en plus à se contorsionner pour aller chercher les objets qui auront glissés au fond du coffre. A force de vouloir faire original, Citroën a fini par en faire trop…Pensez-y avant d’aller faire les courses !

Usurpation ?

Série spéciale haut de gamme, la DS3 Faubourg Addict est pourtant proposée aussi avec les motorisations les plus modestes de la gamme, à l’instar du 1.6 HDI de 92 chevaux qui ronronne sous le capot de notre voiture d’essai. Un petit moteur couplé à une boîte manuelle à cinq rapports qui fait toujours montre d’une excellente santé dans ses performances et ses relances, à vide du moins, et d’une consommation mesurée, à 5,1l/100km.

Qui dit cabrio dit évidemment conduite au grand air. La capote de la DS3 se replie donc à l’extrémité arrière du pavillon ou, pour les plus fervents, peut même descendre jusqu’au niveau de la lunette arrière, rendant alors la rétrovision centrale inutilisable. Quelle que soit la solution retenue, les sensations du cabriolet seront pour le moins édulcorées. La baie de pare-brise remontant assez loin au-dessus des occupants, les portières, montants et flancs fixes à doublure noire et l’absence de brise d’air dans l’habitacle n’apportent pas vraiment une sensation d’ouverture. Seul le soleil qui vient caresser la peau des passagers leur rappelle qu’ils roulent bien dans un cabriolet. Cela sera-t-il suffisant pour satisfaire la clientèle citadine huppée à laquelle se destine l’auto ?

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Salon de Francfort : le début de la fin ?

De Tomaso P72 : Ressusciter avec style

Mini Cooper SE : 200 kilomètres

Afficher plus