Essai: Opel Insignia Grand Sport 1.6D – Grand Confort

Après un bref essai de l'Insignia Grand Sport, nous avons repris en main la grande berline d'Opel dans nos contrées pour la confronter à un usage quotidien, et vous la faire découvrir dans une vidéo exclusive.

Disponible depuis quelques mois, l'Opel Insignia a déjà été commandée par plus de 50.000 clients. Celle qui prend la relève de la première Insignia gagne le suffixe "Grand Sport" pour exprimer ses nouvelles ambitions. Si le choix du terme ne s'avère pas le plus pertinent, cela n'empêche pas l'Insignia Grand Sport d'être pétrie de qualités.

Monza

La première d'entre elles reste subjective mais elle concerne ses lignes, qui s'inspirent du concept Monza présenté en 2013. On retrouve par exemple la même large calandre entourée de feux avant effilés. L'Insignia Grand Sport y ajoute une ligne de toit fuyante qui, combinée à une longueur accrue (4,90 m) et à une ligne de pavillon abaissée, lui donne l'allure d'un coupé. Le résultat est réussi selon nous, à condition d'opter pour une teinte moins terne que celle de notre modèle d'essai. Mais les goûts et les couleurs…

Technologique

Ce qui se discute moins, c'est la qualité de l'équipement technologique proposé sur cette nouvelle Insignia. On retrouve ainsi, en série sur notre modèle Innovation, un assistant actif au maintien de voie plutôt efficace, le freinage automatique, l'assistant Opel OnStar ou encore le démarrage sans clé. Piocher dans la liste des options permettra de profiter d'un affichage tête haute de très bonne facture, des caméras à 360°, des sièges ergonomiques ou encore des phares IntelliLux, redoutables d'efficacité grâce à leurs 32 segments de LED. Par contre, même si les calculs d'itinéraire s'avèrent très rapides, on pestera contre l'interface pour le moins austère du système d'info-divertissement IntelliLink.

Pas sportive

Si l'Opel Insignia break conserve le suffixe de Sports Tourer, la berline devient donc Grand Sport. Au volant de cette version 1,6l diesel, nous n'avons toutefois pas constaté un comportement réellement sportif, ni connu le même plaisir de conduite qu'avec une Alfa Romeo Giulia par exemple. Cela n'empêche toutefois pas la grande berline de se montrer efficace et précise, tout en étant confortable. Malgré la perte de poids qui peut atteindre 175 kg selon les versions, le bloc diesel de 136 chevaux n'a pas l'ambition d'offrir de grandes performances. Il faudra jouer du levier de vitesse pour assurer des relances plus promptes, ce qui ne se fait pas des plus aisément du fait de son positionnement.

Raisonnable

Cela se traduit heureusement par un appétit en carburant qui reste contenu. Au cours de cet essai, la consommation moyenne n'a pas dépassé la barre des 6l/100 km sur un parcours mixte. Sur un trajet autoroutier, notre Insignia Grand Sport 1,6l diesel s'est contentée de 4,8l/100 km. Dans sa finition Innovation, l'Insignia est proposée à 33.200€ hors bonus, un prix auquel il faudra ajouter celui d'options heureusement tarifées plus raisonnablement que chez d'autres constructeurs allemands.

|--------| |Moteur : quatre cylindres diesel; 1.598cc | |136 ch à 3.500 t/min | |320 Nm à 2.000 t/min| |0-100 km/h en 10,5 secondes| |Pointe: 211 km/h| |Conso: 4,3 l/100 km| |CO2: 114 g/km| |Prix: 33.200€|

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Porsche 718 Spyder & Cayman GT4 : la pureté n'est pas morte !

Peugeot 2008 : Success Story, chapitre 2

Renault Zoé 2019 : toujours plus loin…

Afficher plus