Essai: Range Rover Sport SDV6 – Le choix de la différence

Il ne faut pas être un grand spécialiste de la marque pour immédiatement remarquer que le nouveau Range Rover Sport n’a plus rien de commun avec le Discovery. Avec ce modèle, Land Rover a changé son fusil d’épaule.

Pour mieux viser, sans doute. Dès notre premier contact avec le Range Rover Sport lors de notre participation à l’élection du ‘4x4 de l’année’, le nouveau modèle de Land Rover nous avait séduit.

Sans surprise, ses capacités de franchissement laissaient ses concurrents, comme le BMW X5, loin derrière. Les amateurs de tout terrain seront heureux d’apprendre qu’il se dépêtre sans problème dans 85 cm de boue. Une simple pression sur le bouton ‘Terrain Response’ lui permet également de franchir un important dévers. Sur ce plan, il est, à l’image de Land Rover, souverain dans sa classe.

Rien qu’en affrontant quotidiennement les cratères qui jonchent nos autoroutes, les mauvais raccords en béton, les petites routes souillées par les tracteurs et les rampes de parking aventureuses, on met déjà à l’épreuve le potentiel tout terrain du véhicule. Si les Britanniques avaient poussé un rien plus loin le raffinement dans le comportement routier du Range Rover Sport, il aurait peut-être pu se révéler aussi convaincant dans cet exercice qu’un BMW X5. Il n’en est pas loin mais la palme reste dans les mains de son concurrent bavarois.

Pas un usurpateur

Qu’on fasse référence à sa suspension ou à son comportement, le Range Rover Sport fait honneur à son nom. Il se révèle donc un peu raide. Mais cela ne l’empêche pas d’affronter les grosses bosses avec aisance. Malgré ses dimensions XL, il n’a pas peur des virages serrés. En cela aussi, il prouve que l’attribut ‘Sport’ n’est pas usurpé. Un grand coup de chapeau aux ingénieurs !

Un costaud raffiné

Le Range Rover Sport est un rien plus imposant, mais surtout plus extravagant que ses concurrents. Et nous, on aime ! Sous le pied, les 292 chevaux du SDV6 turbo diesel vous gratifient d’un grognement profond entre 3.000 et 4.000 tr/min. Au-delà, le V6 se fait carrément méchant. Avec 600 Nm de couple, il permet à ce mastodonte de 2 tonnes de passer de 0 à 100 km/h en 7,2 secondes. Le Sport se signale également par quelques coquetteries assez réussies. Les lampes de lecture à l’avant sont commandées via un capteur. Un simple geste et la lumière apparaît. Lorsque vous déverrouillez votre Range Rover Sport, le logo est projeté au sol à côté de la portière. Un certain sens du raffinement !

Et à la pompe?

Le trois litres SD rejette 199 grammes CO2/km. Land Rover annonce une consommation moyenne combinée de 7,5 litres/100 km. Lors de notre essai, en alternant avec des périodes à basse vitesse et d’autres à pleine charge, nous étions à 9 litres. Mais en nous comportant réellement en ‘bon père de famille’, nous avons réussi à atteindre une moyenne de 7,2 litres. Un score plus qu’honorable pour un tel colosse !

Les prix

Ils ne sont pas piqués des vers. En finition HSE, la version 292 chevaux s’affiche à partir de 77.000 euro. En faisant un peu de shopping dans la longue et attractive liste d’options (comme ce Pack on-road/off-road à 4.390 euro), on flirte rapidement avec les 100.000 euro. Reste alors la grande question : pour un tel budget, quelle option est la meilleure ? Choisir le Range Rover Sport en sachant qu’il peut vous emmener partout même si vous n’êtes pas un adepte du tout terrain ? Ou opter pour le BMW X5 qui s’avère encore plus convaincant sur la route mais tellement plus commun dans le trafic quotidien. A vous de trancher.

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Salon de Francfort : le début de la fin ?

De Tomaso P72 : Ressusciter avec style

Mini Cooper SE : 200 kilomètres

Afficher plus