Essai: Seat Leon Cupra R – Latine hyperactive !

Ceux qui ont déjà roulé en Leon Cupra ou même en FR vous le confirmeront: avec 240 ou 211 chevaux respectivement, ces deux là sont déjà loin d’être placides.

Alors quand Seatajoute un «R» et 25 chevaux à la plus puissante des deux, le mélange s’annonce détonnant! Si la Leonarrive en fin de vie (elle sera remplacée en 2012), il serait précipité de ne plus lui prêter attention tant l’auto conserve plus que de beaux restes, surtout dans cette très turbulente version Cupra R. Son cœur? Un 2 litres de 265 chevaux et 300Nm qu’elle partage avec ses cousines Scirroco R et Golf R. De belles références, vous en conviendrez.

Visage d’ange…

Dessinée de main de maître par Walter de Silva, le charme latin de la Leon agit toujours en dépit de son âge avancé. Pour peu qu’on ne l’habille d’une teinte discrète, cette Cupra R paraît presque sage de prime abord. Seuls quelques détails tels que le bouclier plus aéré, le diffuseur arrière plus prononcé, les larges jantes de 19 pouces avec étriers apparents ou les trois petits orifices sous la calandre pourront attiser la curiosité des connaisseurs sur la spécificité du modèle, à qui le lettrage Cupra assorti du R sur la calandre viendront confirmer leur intuition.

L’habitacle est en revanche ce qui a le plus vieilli sur la Leon. Son dessin, avec cette console centrale en forme de «bulle», semble d’un autre âge, le système multimédia est intégré trop bas pour être facilement lisible et plastiques et assemblages sont plutôt moyens. Tant de défauts que cette Cupra R tente de faire oublier par ses sièges baquets au maintien parfait et son volant sport à base plate en aluminium.

…mais démoniaque!

Dès la mise en route du moteur, et l’enclenchement du premier rapport sur la boîte manuelle qui en compte six, l’auto change de ton. Le dosage de l’embrayage demande une certaine douceur pour éviter les à-coups, et la poussée ressentie à la première accélération semble tout simplement…démoniaque(6,1 secondes pour le 0 à 100km/h) ! Et contrairement à mes craintes, le train avant n’est jamais pris en défaut au moment de passer la cavalerie au sol, sur route sèche du moins.

Construite sur l’excellente plate-forme de la Golf V (de laquelle dérive celle de l’actuelle Golf VI), la Leon Cupra R semble rivée au sol et contrairement à d’autres compactes musclées à traction avant, n’a même pas tendance à vouloir tirer tout droit dans les virages ou les enchaînements! Et si jamais un obstacle venait à vous barrer la route (ou si vous repérez un radar sur le bas-côté, on ne sait jamais), vous pourrez compter sur le freinage pour le moins mordant, assuré par des disques de 345 millimètres à l’avant et 286 à l’arrière.

Dès lors, avec un pareil tempérament, on regrettera que la sonorité du 2 litres ne soit pas plus travaillée, ce qui aurait encore exacerbé les plaisirs sensoriels de cette latine au sang chaud.

En même temps, on lui passera ce petit détail au moment de signer le bon de commande et de s’acquitter du chèque de 29.190 euros. Un rapport prix/puissance des plus intéressants!

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Salon de Francfort : le début de la fin ?

De Tomaso P72 : Ressusciter avec style

Mini Cooper SE : 200 kilomètres

Afficher plus