Essai: Volkswagen Multivan T6 – Tout le monde aime le Combi

Du plus grand au plus petit, sans exceptions: tout le monde adore le Combi. En fait, le nouveau VW Multivan n'a qu'un adversaire: les parkings.

Comme le temps passe! Nous en sommes déjà à la sixième génération du fameux combi VW. Le T6, c'est l'héritier direct du combi hippie nommé T1, et VW se plait à le rappeler avec un "Generation Six", édition spéciale à carrosserie bicolore blanc et rouge, qui dégage une vraie impression de joie et de "Hippie Attitude". Rien qu'en le regardant, on a le sourire.

Au premier regard, les proportions du Multivan semblent monstrueuses, bien plus que ne sont en réalité ses 4,9 m de long pour à peine moins de 2 m de haut. Ce dernier chiffre est cependant un obstacle dans la plupart des parkings, dans lesquels le Multivan sera rarement le bienvenu. Ce qui ne l'empêche pas, en pratique, d'être enfantin à manœuvrer, en tout cas si on dispose de l'indispensable caméra de recul. C'est ça ou engager un pilote de port pour vous guider lors des "accostages".

Compartiment

Bien entendu, cet encombrement conséquent se traduit à bord par un espace impressionnant. Grâce au système de rails installé dans l'habitacle, on peut modifier l'aménagement plus facilement que dans une salle d'exposition Ikea. La banquette arrière est facilement repliable et on peut même en faire un lit. Les sièges centraux peuvent pivoter (en série) pour créer une sorte de compartiment de train et là encore, les rails permettent de moduler l'espace entre les passagers en fonction des besoins. La liste des options comprend une petite table, que les joueurs de cartes sauront apprécier.

La possibilité de tout faire coulisser permet par ailleurs de rendre le coffre aussi petit ou aussi grand que vous le désirez. Et ici, on ne parlera pas de litres, mais carrément de m³. Coffre sur lequel l'énorme porte arrière offre un accès maximal. Une porte, cela-dit, un peu lourde à manipuler.

Châssis réglable

Le Multivan peut, en option, reposer sur un châssis réglable dont le mode Sport, raidit sensiblement l'amortissement. Et après de multiples expériences, nous avons trouvé que ce mode était finalement le plus recommandable. Le mode Confort laisse en effet trop de champs aux mouvements de caisse, qui ne s'avèrent en fait pas vraiment confortables.

Le look de la planche de bord renvoie plus au monde de l'automobile qu'à celui du minibus, mais ne vous laissez pas leurrer: le Multivan se conduit toujours bel et bien comme un minibus. Ce n'est pas une critique, juste une précision. Avec 150 ch et 340 Nm tiré de son 2.0 TDI, le véhicule a assez de pêche pour abattre le 0-100 en un respectable 12,9 secondes. La boîte 6 est bien étagée, même s'il ne faudra pas hésiter à rétrograder lors des manœuvres de dépassement, par exemple. A noter que VW propose aussi le Multivan, avec ce même TDI, en versions 102 et 204 ch, cette dernière recevant la boîte DSG 7.

Vent contraire

Pour le 150 ch, VW annonce une moyenne de 6,0 l/100 km et 161 gCO2/km. Dans la vraie vie, on peut s'estimer heureux si l'on reste sous les 7,5 litres. Et avec le vent de face, on passera aisément au

VW attire actuellement le chaland avec un prix d'attaque de 38.870€ pour la version 84 ch. Le plus réaliste 150 ch est affiché à juste un peu moins de 43.400€. Ce n'est pas donné mais en même temps, pour faire tout ce qu'on peut faire avec le Multivan, il faudrait trois autres voitures…

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Bugatti Chiron 300+ : Du record à la production

Actualité auto

Ferrari F8 Spider : Pilule bleue

Actualité auto

Lamborghini Sián : Taureau hybride

Actualité auto
Afficher plus