Essai: VW Golf GTI – Appellation non usurpée

La Golf GTI a profité des quelques retouches dont elle a fait l’objet pour revoir sa puissance à la hausse. Ce sont désormais 230 chevaux qui galopent sous le capot. De quoi donner une saveur plus «grand tourisme» que jamais à l’emblématique allemande.

On ne va pas vous refaire l’histoire de la Golf GTI, vous la connaissez aussi bien que nous. Vous savez donc que l’apposition des trois lettres symboliques sur la compacte de Wolfsburg a quelques chose d’iconique. La nouvelle mouture reste bien sûr fidèle aux détails stylistiques qui font partie de l’icône. Le liseré rouge autour de la calandre en nid d’abeille est donc bien présent, et se prolonge désormais en deux parties dans les blocs optiques pour épouser l’angle des LED faisant office de feux de jour. A bord, la sellerie aux airs de tartan écossais reste de la partie, tout comme le levier de vitesse dont la forme singe une balle de Golf. L’esprit est donc bien là !

Compteurs virtuels

La GTI profite de toutes les nouveautés technologiques apportées aux versions plus sages. L’habitacle se distingue donc par son nouvel écran haute définition dont la diagonale peut atteindre 9,2 pouces avec l’installation multimédia la plus performante, assortie d’un capteur de mouvement pour certaines commandes. Les compteurs face au conducteur peuvent également céder leur place à des cadrans virtuels affichés sur la dalle 12,3 pouces de l’Active Info Display. L’équipement s’enrichit également du Front Assist avec détection des piétons et de phares LED à l’avant. Il est en revanche regrettable que des systèmes comme le Dynamic Chassis Control (permettant de faire varier la réponse du chassis) et le Driver Profile Selection (offrant le choix entre plusieurs modes de conduite) soient relégués sur la liste d’options d’une voiture à vocation sportive.

Sportive polyvalente

Avec désormais 230 chevaux, la Golf GTI devient plus Veloce que jamais, exécutant le 0 à 100km/h en 6,4 secondes, que ce soit en boîte manuelle ou DSG. Une puissance qui n’est jamais distillée de manière brutale, le passage à la route se faisant toujours tout en douceur, avec beaucoup d’efficacité. Un caractère qui se marie bien à l’excellent compromis entre confort et dynamisme procuré par les suspensions raffermies. L’ensemble confère une vraie polyvalence à l’auto, permettant d’envisager des déplacements longue distance sans fatigue en mode «comfort»

Ceux qui préfèrent une conduite vraiment «virile» pourront toujours se tourner vers la GTI Performance (qui ajoute 15 chevaux, un différentiel mécanique à glissement limité et des freins redimensionnés) ou même vers la méchante variante R, portée à 310 chevaux.

Volkswagen Golf GTI
Moteur : essence, 1.984 cc
230 ch de 4.700 à 6.200 t/min
350 Nm de 1.500 à 4.600 t/min
0 à 100 km/h en 6,4 s
Pointe : 250 km/h
Conso : 6,4l/100km
Moyenne de l’essai : 8,7l/100km
CO2: 148 g/km
Prix : 31.340€

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Salon de Francfort : le début de la fin ?

Actualité auto

De Tomaso P72 : Ressusciter avec style

Actualité auto

Mini Cooper SE : 200 kilomètres

Actualité auto
Afficher plus