Rapport: BMW Série 1 – Le grand bouleversement de la traction

La nouvelle BMW Série 1 subit en ce moment ses derniers tests, et arrivera porteuse d'un grand bouleversement : pour elle, BMW renonce à la propulsion, passant donc à la transmission avant. Et ce n'est pas la seule surprise…

Jusqu'à présent, la propulsion était LA chose qui distinguait une Série 1 d'une Peugeot ou d'une Renault. Mais bon, économies obligent, BMW a décidé de construire sa nouvelle Série 1 sur une plateforme conçue pour la traction, déjà utilisées par les Mini et par la Série 2 Active Tourer.

Plus de 6-en-ligne

Ce changement de philosophie a pour effet de dégager plus d'espace à bord, et les vrais amateurs de conduite dynamique pourront toujours opter pour la transmission intégrale. Par ailleurs, la propulsion n'est pas la seule chose qu'abandonne la nouvelle Série 1. Le choix de la traction est en effet incompatible avec le fameux moteur 6-en-ligne. La nouvelle M135i xDrive recevra donc un 4 cylindres 2.0 turbo, qui lâche tout de même 306 ch. Alors libre à vous de nous trouver vieux jeux mais pour nous, la propulsion et un 6-en-ligne seront toujours des caractéristiques typiquement BMW. Et tout cela pour gagner 3 cm dans l'habitacle ? Bon, admettons, les valeurs de CO2 ont aussi sûrement joué un rôle.

Vous l'avez compris, nous sommes quelque peu sceptiques. Curieux de voir si la BMW Série 1 pourra nous faire changer d'avis.

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Lotus Evija : 2.000 ch, la nouvelle frontière

Actualité auto

Visite au FCA Heritage Hub

Actualité auto

Salon de Francfort : le début de la fin ?

Actualité auto
Afficher plus