Honda Deauville - Annonces moto occasion sur AutoScout24

Honda Deauville

La Deauville, la routière discrète de moyenne gamme de Honda, est issue de l’heureuse NTV 650. La NTV - tous les experts de motos s’accordent sur ceci - était une des routières les plus discrètes et ennuyantes mais aussi une des meilleures de l’histoire des motos si elle n’est pas même la meilleure machine de toutes. Qu’est-ce qu’il a de bien ce moteur à deux cylindres ? Quelles sont ses qualités ? Et pourquoi - si elle est vraiment aussi bonne - n’a-t-elle pas été ve en plus d’exemplaires ?

Le prédécesseur de la Deauville - la NTV- disposait d’un moteur V à refroidissement par liquide avec une cylindrée de 650 cm3, d’une boîte de cinq vitesses et d’un arbre articulé de transmission vers la roue arrière. La performance du moteur était de 50, 53, 57 ou 60 CV en fonction de l’année de production. Tout ceci n’a pas l’air très excitant. La NTV est une routière à usage quotidien. Le chemin quotidien au travail, des excursions de fin de semaine, des voyages”“ la NTV ne s’intéresse ni au chemin ni à la destination. Elle se conduit bien, elle freine bien, elle a une bonne adhérence et une bonne suspension et avec un conducteur raisonnable, elle ne consomme qu’environ quatre litres d’essence sur 100 kilomètres. Evidemment, avec quatre demi quintaux, la NTV accélère plus rapidement que presque toutes les voitures. Sa vitesse maximale est de 180 km/h et plus. La NTV était une des motos les plus fiables et de plus longue vie que la plupart des autres motos jamais produites. Tout bien, mais dans ce cas-ci, y a-t-il, somme toute, quelque chose de critiquable ? Et oui, la distance entre les supports de pieds et le siège était trop petite, des conducteurs grands étaient obligés de trop plier les genoux, ce qui était très inconfortable lors de conduites de longues distances. Evidemment, Honda a entendu parler de ce problème et l’a tout de suite - c’est à dire après dix ans - éliminé.

La solution à ce problème s’appelait Deauville. Désormais la distance entre les supports de pieds et le siège était bien ajustée. De plus, un habillage a été monté afin de protéger les conducteurs du mauvais temps. Il y avait aussi des coffres pratiques aux côtés de la moto, évidemment dans la même couleur que celle-ci. Au cours des années, la Deauville ressemblait de plus en plus à une voiture. Aussitôt elle ressemblait à une petite Gold Wing et était pourtant très différente : elle était moins chère et plus raisonnable sans vraiment offrir moins. S’il est nécessaire, la Deauville transporte autant de bagages et de « personnel » que la Gold Wing. Sur des parcours droits elle est quasiment aussi rapide que la Gold Wing ; dans des virages elle est même plus rapide que celle-ci. Elle coûte un tiers du prix de celle-ci et est plus habile et plus économique.

Dans sa version actuelle, la Deauville se présente comme une moto presque parfaite. Pour un prix de liste de 9 590 € on achète un concept intelligent qui n’existe nulle part ailleurs sous cette forme. Des moqueurs prétendent que la Deauville n’est rien d’autre qu’une voiture - bien qu’une voiture relativement bonne - à laquelle manquent deux roues. Ceci n’est pas tout à fait faux. Bien sûr, faire de la moto est un plaisir avec une Deauville, cependant, ce n’est pas aussi excitant qu’avec une Ducati ou une Triumph. Grâce à son manque de problèmes, la Deauville détend, ce qui, en revanche, peut aussi être considéré comme ennuyant.

La Deauville actuelle dispose d’une puissance de 65 cv ce qui est largement assez pour la vie quotidienne et des voyages. La Deauville peut être commandée avec un système antiblocage de sécurité. Elle offre aussi beaucoup d’espace pour des bagages. Pour la NTV comme aussi pour la Deauville, on peut clairement recommander des modèles d’occasion car même des grands nombres de kilomètres parcourus ne posent pas de problèmes. Des faiblesses typiques n’existent pas pour la Deauville. Un conseil : il faut bien regarder le laquage, le chrome et les parties en aluminium !