Derbi - Annonces moto occasion sur AutoScout24

Derbi

L'histoire de la marque espagnole

Créée par Siméon Rabasa, en Espagne, Derbi est lancée officiellement vers la fin des années 1940. Avant cela, la petite entreprise appelée Bicicletas Rabasa et installée dans la ville espagnole de Mollet, se spécialisait depuis 1922 dans la construction de vélos et de châssis destinés à des motos. La raison sociale "Derbi" est d'ailleurs tirée des premières lettres des mots "Derivado de Bicicleta". C'est en développant des liens de plus en plus étroits avec les fabricants majeurs des deux-roues motorisés qu'elle parvient à produire un premier véhicule. Le SRS - un 50 cm³ - remporte à l'époque beaucoup de succès. Aussitôt, la firme enchaîne avec un pus gros gabarit - une 250 cc - qui lui ouvrit les portes du marché international. Parallèlement, dans les années 1950, la société connaît plusieurs victoires en compétition, particulièrement dans la catégorie des petites cylindrées. Dès lors, de nombreux deux-roues allant du 50 cc au 350 cc recontrent un succès enviable auprès d'un public de plus en plus large. Aujourd'hui encore, des anciens modèles de moto d'occasion tels que la Variant SL, Variant SLE, Variant TT, Laguna et Laguna Sport font toujours le bonheur des collectionneurs.

Derbi et Piaggio

En 2001, l'entreprise est intégré au groupe Piaggio. Quatre ans plus tard, elle tente d'élargir son champ d'activités en lançant sa première cylindrée de grande taille : la moto Mulhacéen 659. La branche ibérique du groupe Piaggio peut se féliciter d'avoir instauré, en 2005, le premier cadre périmétrique en aluminium. La production se poursuit en Italie avec les 50 cc ainsi que les 125 cc. Depuis les années 2000, les différentes versions de la Senda - de type enduro à la machine supermotard - se classent parmi les motos préférées des jeunes. Le cyclomoteur Senda est le plus vendu en France avec pas moins de 2 millions d'unités en circulation, dont un bon pourcentage sur le marché de la moto d'occasion. Piaggio perpétue le nom de la compagnie espagnole sur le marché des cyclomoteurs mais aussi en compétition. Une douzaine de titres remportés en Grand Prix et des noms de pilotes célèbres tels que Marc Marquez, Angel Nieto, Aspar Martinez, Alex Crivillé, Ricardo Tormo ainsi que Mike Di Meglio et Johann Zarco laissent des souvenirs glorieux rattachés à la marque Derbi. En 2013, la dernière usine Derbi ferme ses portes quand Piaggio décide de rapatrier toute la production dans les ateliers italiens de la compagnie.

La Senda 50 SM Racing

Depuis 2011, les modèles Racing de la famille DRD sont les mieux équipés et les plus avancés techniquement. On retrouve toujours sur ces motos le fameux châssis périmétrique à fourche hydraulique de 41 mm. Cette cylindrée de 49,9 cm³, de type monocylindre 2T Euro 3, présente une puissance maximale de 5,5 CV 8 000 tours/minute et une boîte de transmission de 6 vitesses. De plus, cette Derbi se dote d'un bon matériel également du côté des freins qui assurent un freinage progressif et efficace grâce à leurs deux disques - 260 mm à l'avant et 220 mm à l'arrière - et à leur étrier à double piston. De même, les amateurs de racing apprécient particulièrement la hauteur de selle de 865 mm qui rend accessible l'engin à différents gabarits d'utilisateurs. Son poids de 96 kg à sec demeure raisonnable, ce qui en facilite le maniement, même à basse vitesse. Considérée comme l'une des cylindrées les plus agréables à piloter, les experts lui reconnaissent une tenue de route impeccable, une boîte de vitesses assez précise, des freins performants et un équipement général bien conçu.

Senda X-Race et X-Treme

Lancée au début de la décennie 2000, en même temps que la X-Race, la Derbi Senda X-Treme est produite jusqu'en 2010. Au départ, cette cylindrée se distinguait des modèles racing précédents par le biais de sa plaque à double optique. Aujourd'hui, ce modèle se décline en version supermotard et enduro. Si la motorisation demeure la même que pour les DRD actuelles, le design des X-Treme évoluent à partir de 2011. Par exemple, les carénages, plus aigus, rappellent la DRD Senda 125 cc, ce qui en accentue l'esprit sportif. Par contre, le kit accessoires et l'allure esthétique se rapprochent davantage de la Senda DRD 125 cc. Ses points forts se concentrent autour de la souplesse de la boîte de vitesses à 6 rapports, de la puissance de frein avant à disque 240 mm à étrier double piston et de son excellente tenue de route. Sans oublier de mentionner les jantes à bâtons, un échappement en inox, un bras oscillant en alu ainsi qu'une fourche dont le diamètre a été augmenté. Cette moto pèse 96 kg à sec et sa hauteur de selle est de 855 mm.

DRD 125 R

L'arrivée de ce deux-roues de 124,2 cm³, fidèle aux modèles Enduro sur le marché, s'est faite en même temps que sa version supermotard. Avec la DRD 125R, Derbi a visé le créneau des loisirs, qui permet un roulage confortable sur route, tout en s'adaptant aux incursions plus sportives en hors-piste. Considérée comme une véritable jumper avec ses pneus à crampons et une jante de 18 po. à l'arrière et 21 po. à l'avant, elle s'avère une moto agile qui se plie aisément aux exigences de la route. Ses suspensions souples contribuent à une maniabilité agréable et son mono-amortisseur arrière encaisse bien les défauts d'un terrain accidenté. D'une puissance de 15 CV avec un moteur à 4 temps monocylindre, la DRD 125 R affiche un poids à sec de 120 kg. À l'instar de la DRD SM, la R est équipée d'un châssis rassurant qui allie souplesse et solidité. Disponible en bleu et en noir, le design moderne de ce véhicule correspond aux tendances actuelles qui plaisent beaucoup aux jeunes.