Vespa 125 - Annonces moto occasion sur AutoScout24

Vespa 125

La Vespa 125 : un scooter ancré dans l'imaginaire collectif

Dans la liste des deux-roues profondément liés à la culture et à l’art de vivre italiens, la Vespa occupe une place de choix. Lancée en 1946 par Piaggio - une société toscane alors spécialisée dans l’aéronautique cherchant à se reconvertir après la Seconde Guerre mondiale -, la Vespa s’est rapidement imposée comme un modèle mythique. L’objectif initial d’Enrico Piaggio, le fils du fondateur de la société, était clair : concevoir un deux-roues abordable, moderne et non salissant pouvant aussi bien être conduit par les hommes que par les femmes. L’histoire raconte que c’est en découvrant pour la première fois le modèle imaginé par son équipe d’ingénieurs qu’Enrico trouva le nom du scooter. Face à ses lignes innovantes et si particulières, il se serait exclamé, enthousiaste : Sembra una vespa ! (“Elle ressemble à une guêpe !”). On considère souvent à tort la Vespa comme le premier modèle de scooter moderne. Cet honneur revient en fait à Fuji Heavy Industries, un constructeur japonais qui commercialisa le Fuji Rabbit environ six mois avant la sortie de la Vespa. Il n’y a cependant aucun doute à avoir : c’est bien le succès de la Vespa qui popularisa et pérennisa le concept. Le premier modèle possédait des caractéristiques atypiques. Comme un clin d’œil à l’ancienne activité aéronautique de la société et au train d’atterrissage des avions, les roues de la Vespa étaient fixées latéralement. L’emplacement du moteur, directement attaché à la roue arrière et protégé par une coque, offrait quant à lui un avantage majeur. En bénéficiant d’un espace supplémentaire à l’avant et d’un carénage, le conducteur était en effet mieux protégé et pouvait profiter d’une position de conduite plus confortable. Ces caractéristiques jouèrent un rôle majeur dans le succès rapide du deux-roues italien et son implantation dans l’imaginaire collectif.

Différents modèles de Vespa 125

Depuis maintenant 70 ans, devant le succès de sa motocyclette et afin de renouveler l’intérêt des conducteurs ainsi que celui des collectionneurs, la firme italienne met régulièrement sur le marché des nouveaux Vespa 125. En tout, c’est une dizaine de Vespa 125 qui vient inonder chaque année le marché de la moto d’occasion, situation qui facilite grandement l’acquisition d’un tel véhicule. Parmi les modèles historiques que l’on trouve sans grandes difficultés en occasion, figurent notamment la Vespa Primavera ET3 - écoulée en son temps à près de 150 000 exemplaires et caractérisée par ce cadre plus long qui permettait de transporter plus facilement un passager - , la Vespa 125 PX - le modèle le plus vendu de la marque - et la Vespa ET4 de 1996 - dont la commercialisation coïncidait avec les 50 ans de la sortie du premier modèle et qui constituait une réelle avancée en termes de confort et de respect de l’environnement. Les motards souhaitant profiter de l’esprit original Vespa tout en bénéficiant des bienfaits de la technologie moderne pourront quant à eux se tourner vers la Vespa S 125. Équipée d’un moteur à 3 soupapes développant 11,6 ch à 8250 tr/mn, cette Vespa constitue un hommage réussi à la célèbre Primavera qui marqua de son empreinte les années 1970. Les modèles historiques - pensons notamment à la Vespa Sprint 125, à la Vespa GT 125 ou à la Vespa PK 125 - sont quant à eux plus difficiles d’accès et se retrouvent parfois au centre d’une compétition entre les collectionneurs sur le marché de la moto d’occasion. Dans les années 2010, un modèle original a ainsi été cédé pour près de 70 000 euros.[h3]Les motorisations[/h3]Comme le suggère la multitude de Vespa commercialisés depuis 1946, un grand nombre de moteurs sont venus équiper la reine des motocyclettes italiennes. Initialement, la Vespa 125 était dotée d’un moteur 2 temps à cylindre horizontal refroidi par air forcé et d’un système d’allumage par volant magnétique. La vitesse maximale du scooter était lors de 70 km/h. Dans les années 1960, la boîte à quatre vitesses vint progressivement remplacer celle à 3 équipant les versions plus anciennes. À la fin des années 1970, en réponse à la nouvelle législation visant à limiter la pollution émise par les véhicules et profitant des dernières avancées techniques, les Vespa s’équipèrent peu à peu d’un pot catalytique et d’un allumage électronique. Propulsées par un moteur plus puissant (passant de 3 cv à 7 cv), fiable et écologique, les Vespa 125 atteignaient désormais facilement les 90 km par heure. La fin des années 1990 marque un véritable tournant pour la motorisation Vespa avec l’apparition de moteurs à 4 temps et de boîtes automatiques.