Yamaha TriCity - Annonces moto occasion sur AutoScout24

Yamaha TriCity

Le trois-roues de Yamaha : le Tricity 125

Seul véritable trois-roues abordable dans la catégorie des 125 cc à son lancement en 2014, le Yamaha Tricity inaugure une nouvelle génération de scooters urbains. Arrivés depuis les années 2000, les GT à trois-roues se sont démocratisés en proposant des modèles tout équipés pour les trajets intra-urbains. Le constructeur nippon n'échappe pas à la règle avec son 125 cc Tricity sorti en décembre 2014. Présenté au Salon de Milan en 2013, le Yamaha Tricity se veut un véhicule accessible aux bourses les plus modestes avec un scooter plutôt polyvalent sur route et en ville. D'un poids plume pour sa catégorie de 152 kg à sec avec un encombrement réduit, ce trois-roues est équipé d'un monocylindre 4 temps à refroidissement liquide. Plus lourds et plus encombrants, les concurrents - et particulièrement ceux du constructeur Piaggio - frisent allègrement les 211 kilos. Le Piaggio MP3 Yourban 300 LT constitue ainsi le concurrent direct du Tricity mais s'adresse à une clientèle plus routière de motards. Le Yamaha affiche en effet une cylindrée de 124,8 cc pour seulement 11 ch contre les 278 cc et 23 ch du Piaggio MP3. Seul trois-roues du marché résolument urbain et s'adressant au plus grand nombre, la moto d'occasion connaît un joli succès. Disponible en quatre coloris, le Tricity peut être choisi en optant pour le Competition White, l'Anodized Red, le Mistral Grey ou le Midnight Black. Rendu obligatoire à partir du 1er janvier 2016 sur les engins de plus de 125 cc, l'ABS est désormais disponible sur le Tricity depuis le lancement simultané du Tryptik MBK et le Tricity ABS équipés du freinage d'urgence.

La gamme des Yamaha Tricity

Avec 1 905 mm de long pour 715 mm de large, le Tricity affiche les plus faibles dimensions des trois-roues de ce segment. Conçu pour le grand public et accessible avec un simple permis B, le Yamaha Tricity 125 possède une silhouette compacte et svelte. Sans véritable concurrent après la disparition de son acolyte Yourban de même cylindrée, le scooter à trois-roues de la firme nippone offre une assise assez basse qui rapproche la conduite de celle d'un deux-roues classique. Destiné alors aux novices en quête d'une machine maniable, le Tricity se dote de pneus de 14 pouces et d'un amortissement avec chaque demi-fourche indépendante montée sur le train avant. Si les premiers modèles adoptent un freinage combiné avec un simple câble relié au maître-cylindre du frein avant, en revanche l'ABS fait son apparition sur la dernière génération. La version Tryptik de MBK adopte effectivement depuis 2015 l'ABS pour plus de sécurité. Le phare de la face avant arbore des lampes LED surplombées d'une bulle et un unique phare arrière complète le design. Avec une hauteur de selle de 780 mm les plus petits gabarits sont favorisés avec la possibilité de poser un pied au sol à l'arrêt tout en conservant un équilibre optimal. Un tableau de bord entièrement digital équipe toutes les variantes depuis 2014. Fait plutôt rare sur un 125 cc, une jauge à essence est disponible sur l'affichage. En revanche, afin de proposer la machine bas coût, celle-ci n'est pas équipée du verrouillage de direction ou roll-lock.

La motorisation du Yamaha Tricity 125

Avec une consommation d'environ 2,9 L / 100 km pour une autonomie de 220 km, le Tricity profite de son moteur monocylindre 4 temps à refroidissement liquide pour offrir des consommations extrêmement raisonnables. Développant alors une puissance maximum de 8,1 kW à 9 000 tr/mn, le Yamaha Tricity autorise une vitesse de pointe de 100 km/h. Les 11 ch du moteur au couple de 10,4 kW à 5 500 tr/mn destinent la moto d'occasion à un usage urbain quasiment. Le réservoir de 6,6 L limite en effet le trois-roues aux trajets en ville malgré le poids minime de 152 kg. La double fourche hydraulique à l'avant et les deux amortisseurs à l'arrière assurent sa stabilité dont la répartition de la charge est de 50/50 sur les deux trains. À l'entretien, le constructeur recommande une vidange de l'huile moteur tous les 4 000 km de même que le remplacement de la courroie finale tous les 12 000 km.