Passer au contenu principal

Essai: Audi RS4 Avant – Retour aux sources

Après son habituelle absence de quelques années due au saut de génération de l'A4, l'Audi RS4 fait son retour dans la gamme. Comme la RS5 dont elle partage les dessous, elle troque son V8 de 450 chevaux pour un V6 2.9l Biturbo de puissance équivalente. Le couple y gagne, l'agrément aussi ?

L'Audi RS4 possède un statut à part dans la gamme Audi : elle porte en effet en elle l'héritage de la RS2, la toute première Audi à avoir porté le blason RS. Chaque renouvellement du modèle est donc un petit événement. Et comme ses devancières - à une petite entorse près - ce n'est qu'en carrosserie break «Avant» que se savoure cette familiale haute en couleurs, empreinte du nouveau langage stylistique d'Audi Sport, fait d'angles marqués et d'épaules élargies. Et si l'habitacle reçoit des sièges baquets surpiqués ou encore un volant en Alcantara, il ne perd rien de ses aspects pratiques, avec notamment un coffre de 505 litres.

Pour deux cylindres de moins...

Après deux générations qui s'en remettaient au moteur V8, la nouvelle RS4 en revient à se premiers amours avec un moteur V6. D'une cylindrée de 2.894 cm3, il est aujourd'hui équipé de deux turbos pour offrir autant de puissance que son prédécesseur : 450 chevaux. Cette suralimentation a évidemment un effet bénéfique sur le couple, qui s'envole de 170 Nm pour atteindre à 600 Nm ! De quoi rendre le break plus véloce que jamais, désormais capable d'accrocher les 100 km/h en 4,1 petites secondes (-0,6s) et de pointer à 280 km/h, si l'on fait sauter la bride électronique contre un modique supplément.

Light and right !

Cette réduction de cylindrée a également un effet bénéfique sur la masse de la RS4, qui fait particulièrement attention à sa ligne. Elle s'allège de quelque 80 kilos au total, à condition d'opter pour les freins en carbone-céramique hyper-efficaces optionnels (-8 kg à eux seuls). Le résultat se traduit par un caractère en courbes encore plus incisif que précédemment. L'Audi profite aussi des quatre roues motrices fournies par sa transmission intégrale Quattro, d'une efficacité sans faille au moment de faire passer la cavalerie au bitume, autant que pour apporter une stabilité extrême par sa réactivité, corrigeant instantanément la répartition de la puissance dès que la moindre perte d'adhérence se fait sentir.

Joueur, le break ?

Toutefois, cette RS4 nous a semblé plus joueuse, moins figée que sa cousine RS5. Sans doute était-ce dû au revêtement de notre essai réalisé sur les routes d'Andalousie, plus poussiéreux que celui des nationales françaises empruntée avec la RS5, les ingénieurs nous ayant assuré que les cousines disposaient des mêmes réglages. Il n'empêche, dans les enchaînements d'épingles, on sentait cette RS4 pivoter sur elle-même avant de faire intervenir le gendarme ESP. On aime !

Ajoutez à cela un moteur qui ne demande qu'à pousser dès les plus bas régimes et semble ne jamais s'étouffer, et une boîte Tiptronic 8 rapports avec palettes au volant, et le plaisir est complet. Ou presque. Les mélomanes regretteront une sonorité moteur qui a perdu en noblesse, et désormais assistée d'un exhausteur de son sous les 3.500 tr/min. Au détriment de l'authenticité, diront certains.

Audi RS4 Avant
Moteur : V6 biturbo, essence, 2.894cc
450 ch de 5.700 à 6.700 t/min
600 Nm de 1.900 à 5.000 t/min.
0 à 100 km/h en 4,1 sec
Pointe : 250 km/h
Conso : 8,8 l/100km
CO2 : 199 g/km
Prix : 92.000 €

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Kia Sorento : Aussi en électrique

Actualité auto

Chevrolet Camaro : Un exemplaire rarissime à "seulement" 100.000$

Actualité auto

Erhard Schnell : Décès du père de l'Opel GT

Actualité auto
Afficher plus