Opel Commodore - Annonces auto occasion sur AutoScout24

Opel Commodore

Opel Commodore

L'Opel Commodore compte aujourd'hui parmi ces voitures de collection chouchoutées par les nostalgiques des modèles nés dans les années soixante. La Commodore fut fabriquée en Allemagne de 1967 à 1982 jusqu'à ce qu'elle soit remplacée par l'Omega. Les chromes rutilants ont bien vite fait d'attirer l'attention des amoureux de "belles voitures". Il faut dire que les lignes de sa carrosserie se concentraient sur l'élégance, à l'image des grandes américaines de l'époque. Lisez plus

Trouvez la voiture de vos rêves.

Plus de 2.4 millions de voitures. Le plus grand marché automobile en ligne en Europe.

Opel Commodore, à l'image des mythiques américaines

Car l'Opel Commodore est une limousine, en deux ou quatre portes, pour laquelle le constructeur a su associer l'avant de l'Opel Senator à la carrosserie de sa Rekord. Ses rétroviseurs extérieurs réduits à leur plus simple expression apportent cette petite touche de charme qui caractérise les véhicules "vintage". Sur le coupé, la courbe du coffre s'inscrit dans le prolongement du pare-brise arrière ; l'ensemble, tout en harmonie, est souligné par une calandre généreuse, fidèle aux standards de ses références. Une fois repliée, la capote du cabriolet se range sous une bande à pressions. Le break, conçu pour les voyages en famille et les professionnels, fait honneur à ses prétentions. Il est encore possible de rouler en Commodore, toujours présente sur le marché en voiture d'occasion. Aucune crainte à avoir concernant le kilométrage, certains spécimens arborant fièrement des centaines de milliers de kilomètres au compteur et des éléments d'origine.

L'Opel Commodore produite en 10 versions

Les usines du constructeur allemand ont vu naître une dizaine de modèles sous l'appellation Opel Commodore. En première génération, la 2,5 S se fabrique de 1967 à 1971. Le coupé GS/E fut produit sur une année, de 1970 à 71. En deuxième génération, sortent à nouveau le modèle 2,5 S et le coupé GS/E 2,8 EC de 72 à 77 ; puis de 72 à 73, la GS 2,5 H en berline et coupé. De 1977 à 1982, est apparue la Commodore III 2,5 S, puis de 80 à 82, la 2,5 E, et enfin la 2,5 S Voyage de 1981 à 82. Parmi les caractéristiques immuables : un moteur essence, le 6 cylindres en ligne, une boîte manuelle 4 rapports et transmission par propulsion, la direction à billes, le freinage par disques à l'avant et tambours à l'arrière. Et comme on ne change pas une équipe qui gagne, tous les modèles bénéficient de suspensions à ressorts hélicoïdaux avec roues indépendantes à l'avant et essieu rigide à l'arrière. Jusqu'en 1972, l'Opel Commodore se déclinait en 4 portes, sur le châssis de la routière Opel Rekord C d'une longueur de 4,60 mètres, en coupé et cabriolet, et de 72 à 77, sur châssis Rekord D de 4,56 mètres. De 77 à 82, la limousine se fabriquait en coupé et break sur châssis Rekord E de 4,73 mètres. Direction assistée, tenue de route et pneus 175x14 complètent l'équipement de la Commodore que l'on peut toujours se procurer en voiture d'occasion.

Les motorisations

Le moteur 2 490 cm3 se retrouve dans chacune des générations, développant 115 ch à 5200 tours/minute (pour les 2,5 S et 2,5 S Voyage), 130 ch à 5300 tr/mn et 142 ch à 5300 tr/mn (GS 2,5 H, 2,5 E), 142 ch à 5200 tr/mn pour la Commodore II GS 2,8 HC, 150 ch à 5800 t/mn sur le coupé GS/E et 160ch à 5400 tr/mn pour le coupé GS/E 2,8 EC (des puissances justifiées pour un poids de plus de 1,2 tonne pour ce véhicule de série). Parfaitement dans les normes, le rapport puissance/poids se situe à environ 11 kilos par cheval DIN. La consommation de carburant, proportionnelle à ces caractéristiques, se situe autour des 10 litres aux 100 kilomètres, influencée bien sûr par le comportement du conducteur en matière de vitesse et de changement de rapports. Une "gloutonnerie" relative qui a valu à la Commodore d'être équipée d'un réservoir de 65 litres.