Essai: Mercedes GLC Coupé – Travail de spécialistes

Dans son combat pour la place de premier constructeur premium du marché, Mercedes multiplie les modèles. Dernier en date : ce GLC Coupé, que l'on peut surnommer "le X4 de Mercedes".

Mercedes, BMW et Audi évitent de nous le dire clairement, mais le fait est qu'en coulisses, ils se livrent une guerre sans merci pour obtenir la place de leader parmi les marques premium. "Nous sommes tous très bons, mais il ne peut y avoir qu'un meilleur", tel pourrait être le message émanant des bureaux des directoires respectifs.

Et dans ce contexte, Mercedes semble être celle qui, en ce moment, a le plus de vent dans les voiles. Au cours de la première moitié de 2016, la marque à l'Etoile a vendu pour la première fois plus d'un million de voitures, soit un peu plus que BMW. L'offensive produit de Mercedes bat son plein, et ceci nous amène à ce GLC Coupé.

Potentiel

Les écarts de ventes entre BMW, Audi et Mercedes ne sont pas (encore) colossaux. Chaque modèle a donc une chance de faire la différence, si humble que soit sa performance commerciale. Le BMW X6 par exemple n'est pas un best-seller ébouriffant, et on peut en dire autant du Mercedes GLE Coupé. L'histoire n'est pas la même pour le BMW X4, et Mercedes espère bien rencontrer le même succès avec son GLC Coupé.

Avec les déclinaisons coupés des GLC comme des GLE, Mercedes veut mettre un peu plus en avant l'aspect sportif du SUV. Nous, nous continuons à moyennement digérer l'appellation coupé s'agissant d'un engin 4 portes, mais admettons : au-moins conserve-t-on la facilité d'accès pour les passagers arrière.

Plus long, plus bas

Comparé au GLC classique (le SUV basé sur la Classe C), le GLC Coupé est 7 cm plus long, soit un total de 4,73 m. Et cet accroissement raisonnable procure une silhouette plus ramassée au véhicule. Il est aussi 3,7 cm plus bas, culminant à 1,6 m. A l'arrière, on trouve un coffre de 500 litres, qui peut passer à 1.400 litres banquette rabattue. L'habitacle est celui du GLC, un endroit fantastique et confortable où passer de longues heures. Plonger les occupants dans la suavité est un art que Mercedes maitrise toujours parfaitement.

Le GLC Coupé se présente au public avec une palette mécanique réaliste, composée uniquement de blocs 4 cylindres. Nous parlerons la semaine prochaine de la version hybride 350e, pour nous concentrer aujourd'hui sur les choix classiques. Actuellement, la transmission intégrale 4Matic est la seule proposée, tant avec les versions 220d que 250d. Et c'est cette dernière que nous avons essayée.

Air body control

Le 2.1 turbo diesel délivre ici 204 ch et 500 Nm au travers d'une boîte auto 9 rapports. Le Dynamic Body Control avec suspensions Sport est livré en série, mais on peut aussi opter pour le système entièrement pneumatique Air Body Control. Avec ce dernier, la voiture est 1,5 cm plus proche du sol et la direction est plus directe. Le GLC Coupé colle bien à la route mais ne pourra pas indéfiniment cacher ses 1.845 kg.

Plus chère

Et c'est pour cela que nous avons trouvé que la version essence GLC Coupé 250 à suspensions Sport classiques, plus légère de 60 kg, faisait finalement du meilleur boulot. Avec 211 ch et 350 Nm, il n'y a que peu de différences avec la 250d en termes de performances, mais le modèle essence dégage plus d'enthousiasme et de légèreté. La sonorité est aussi plus agréable, et la facture est inférieure de 2.000€. Côté conso, il faudra compter sur une moyenne réelle de quelques 9l/100 km, contre 7,2 l pour la diesel.

Le Mercedes GLC Coupé est facturé presque 4.000 euros plus que le GLC classique. Prix d'attaque: 53.000€

|--------| |4 cyl. turbodiesel, 2.143 cc| |211 ch à 3.800 t/min| |500 Nm entre 1.600 – 1.800 t/min| |Vitesse max: 222 km/h| |0-100 km/h: 7,6 sec| |Conso: 5,4 l/100 km| |Moyenne de l'essai: 7,2 l/100 km| |CO2: 131 - 143 gr/km| |Prix: 56.500 euros|

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Salon de Francfort : le début de la fin ?

De Tomaso P72 : Ressusciter avec style

Mini Cooper SE : 200 kilomètres

Afficher plus