Prise de contact: Audi A8 – 3ème génération, plus innovante que jamais

Cette troisième génération de l'Audi A8 est plus performante, plus dynamique et plus innovante.Elle n'entend toutefois pas dérouter sa clientèle et s'aligne donc parfaitement sur sa grande rivale la BMW Série 7.

Audia beau avoir largement recours à l'aluminium pour gagner du poids, les dimensions de l'A8 laissent tout de même perplexe

Ainsi avec 5,18 mètres, l'A8 est quelques centimètres plus longue qu'une BMW Série 7ou qu'une Mercedes Classe S (target=undefined). L'empattement par contre est plus petit et dans une Audi A8 (target=undefined), on n'a pas cette impression d'espace aux jambes qui caractérise les concurrentes. Une A6offre plus de volume dans le coffre (36 litres de plus) qu'une A8, et avec un poids de 1,8 tonnes, impossible de parler de poids plume. Cela dit grâce à l'aluminium, l'A8 pèse moins lourd que la plupart de ses rivales. Enfin, saluons le charisme de l'A8, son allure compacte, ce qui est assez rare dans la catégorie.

Sièges énormes

On trouve assez vite une explication à ce sentiment "d'étroitesse" de l'habitacle: les sièges sont énormes et occupent une bonne part du volume disponible. Idem pour la console centrale. De nouveau, la finition est irréprochable, avec un usage généreux de véritable aluminium et des ajustements parfaits. Seules les quelques nouvelles touches placées autour de l'écran du système MMI semblent un peu "bon marché". Plus on monte en prix, plus ces touches remplissent effectivement une fonction. Mais si on débute avec un chèque d'environ 70.000€, il sera désagréable de voir chaque jour cette marée de boutons inutiles, ce qui vous rappellera que vous êtes à bord d'une version de base.

Pour la commande de fonctions multiples, Audi adopte le Touchpad qui va se placer en nouvelle référence. Ce système permet de trouver très aisément son chemin à travers les menus. A côté de cette commande du MMI, on trouve le nouveau levier de commande de la boîte automatique 8 rapports. La résistance ressentie entre les positions aurait pu être un peu plus marquée, ce qui éviterait de placer en "P" lorsqu'on cherche le "R". Un détail bien sûr, mais un détail ennuyeux sur une voiture désireuse de placer de nouveaux jalons.

Bas régime

Grâce aux huit rapports, le moteur peut toujours rester à bas régime. Lorsque l'aiguille est calée à 130 km/h, le 3.0 TDI ne tourne qu'à 1.600 tours. Nous avons déjà pu le tester, mais il ne sera livrable qu'à l'automne. L'A8 débutera donc sa carrière avec un V8 diesel de 4.1 litres et un V8 essence de 4.2 litres. Cela se traduit non seulement par une facture autrement salée, mais aussi par un litre de conso en plus lorsqu'on compare les diesels. Selon Audi, le 3.0 TDI Quattro se contente en moyenne de 6,6 l/100 km (CO2: 174 g). En cela, il fait donc mieux que la BMW 730d (6,8 litres). La différence est due entre autres au système Stop/Start, présent sur l'Audi et non sur la BMW.

Avec 250 ch et 550 Nm (entre 1.500 et 3.000 tours), l'A8 3.0 TDI répond parfaitement aux besoins des très exigeants cadors de la politique. Car les moteurs V8 c'est sympa, mais c'est aussi superflu. Le comportement de l'A8 sur route sinueuse est étonnant et en fait une concurrente sérieuse pour la Panamera. Mais pour cela, elle cède bien un peu de son confort.

Quelles options?

Bref, elle pourrait faire mieux en termes d'espace et de confort de roulage. Il nous reste donc une question pour conclure: quelles options cocher dans la liste? D'après nous, les sièges confort, le cruise control adaptatif, l'avertissement d'angle mort, la vision nocturne (caméra infrarouge), le GPS avec accès internet et les phares LED. Admettons, ces derniers sont du pur snobisme, puisque les phares xénon classiques éclairent déjà largement assez bien. Finalement, nous prendrons plutôt le système Hi-fi Bose. Ou le Bang&Olufsen… L'Audi A8 3.0 TDI n'arrivera sur notre marché qu'en octobre et son prix n'est pas encore fixé. Ne seront disponible au printeps prochain que le V8 4.2 essence et le V8 4.2 TDI.

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Porsche 718 Spyder & Cayman GT4 : la pureté n'est pas morte !

Peugeot 2008 : Success Story, chapitre 2

Renault Zoé 2019 : toujours plus loin…

Afficher plus