Prise de contact: Nissan Juke Facelift – Attention les yeux!

C'est déjà l'heure d'un facelift pour le Juke, l'un des gros cartons commerciaux de Nissan. L'occasion de recevoir un nouveau moteur de base, et de jouer à son tour la carte de la personnalisation.

Puisqu'on ne change pas une formule qui gagne, Nissan a très logiquement choisi de ne pas modifier trop profondément le look du Juke. Du moins en ce qui concerne les formes. Les pare-chocs ont été redessinés pour donner au Juke un peu plus d'attitude sur la route, les blocs optiques avant supérieurs prennent des airs de coupé 370Z, les inférieurs reçoivent des ampoules au xénon, on a aussi donné un peu plus de caractère aux feux arrière et, enfin, intégré des rappels de clignoteurs LED dans les rétros.

Couleurs

Pour ce qui est de l'habillage de ces formes, Nissan se lâche un peu plus en proposant un programme de personnalisation. Extérieur et intérieur peuvent à présent être agrémentés sur les thèmes du bleu, du rouge, du noir ou du jaune. La teinte choisie se retrouvera sur la console centrale, les ouïes de ventilation, les surpiqûres (sièges, casquette de compteur, volant et pommeau de vitesse), autour des phares, sur les coques de rétros, sur les lamelles de pare-chocs et jusque sur les jantes, grâce à des inserts en plastique façon Opel Adam. Et là, un conseil: choisissez bien! Lors de la présentation, Nissan nous a donné un aperçu des possibilités et franchement, certaines associations piquent les yeux. Et ici, ce n'est pas comme sur l'Adam: plus moyen de changer la personnalisation en cours de vie.

Le facelift est naturellement l'occasion pour le Juke de recevoir (en option) les équipements de sécurité et d'info-divertissement de Nissan: caméras 360°, Nissan Connect (accès aux réseaux sociaux via la connexion internet d'un Smartphone, fonction Send To Car…) et Safety Shield (surveillance d'angle mort, de changement involontaire de bande, détection d'obstacles en mouvement, etc). Pour rappel, l'atout majeur de ces équipements est un prix particulièrement démocratique. Sans discussion, aucun concurrent du Juke ne peut être si bien équipé, et surtout pas aux mêmes tarifs.

1.2 DIG-T

Peu de changement sous les capots, mais des changements intéressant tout de même. Première bonne nouvelle, la boîte auto CVT (variation continue) des versions essence 117 ch et 190 ch 4x4 a été retravaillée pour être moins irritante et pénalisante pour les performances. En conduite active qu'elle reconnait spontanément, elle adopte même en fonctionnement par paliers, comme une boîte auto classique, qui fait presqu'oublier son statut de CVT.

Le diesel ne change pas d'un millipoil. Le 1.6 DIG-T essence reste lui à 190 ch et 240 Nm, mais cette dernière valeur est maintenant disponible plus tôt, dès 1.600 tours. La grosse nouveauté est toute petite, puisque 1.6 essence de base (toujours au catalogue avec boîte auto) est remplacé par le brillant petit 1.2 DIG-T (5,6 l/100 km, 129 gCO2/km). Son caractère enjoué rencontre l'âme volontiers dynamique du Juke et sur la route, ça donne une petite boule de fun qui livre sans se faire prier ses 115 ch et 190 Nm. Au volant, on n'est pas impressionné mais on s'amuse tout de même franchement, et on a du mal à croire qu'avec quelques 1.200 kg, ce Juke 1.2 est plus lourd que le 1.6 qu'il remplace. On nous aurait annoncé 150 kg de moins, nous l'aurions cru. Et on n'a pas non plus l'impression de devoir attendre près de 11 secondes avant de pointer à 100 km/h. Donc si vous voulez un Juke, le plus recommandable pour son rapport prix/taxes/fun favorable, c'est celui-ci.

Le Juke 1.2 DIG-T démarre à 19.150€.

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Salon de Francfort : le début de la fin ?

De Tomaso P72 : Ressusciter avec style

Mini Cooper SE : 200 kilomètres

Afficher plus