Passer au contenu principal
Pour cause de maintenance, AutoScout24 est accessible de manière limitée. Cela concerne quelques fonctions, comme par exemple la prise de contact avec les vendeurs, la connexion à votre compte ou la gestion de vos véhicules en vente.

BMW iX3 : fer de lance

Un an à peine après son lancement, le BMW iX3 bénéficie déjà d’une retouche maquillage. Tout neuf, il s’arme d’une robe sportive et d’un habitacle remanié sans toucher à son ensemble électrique de dernière génération. Suffisant pour laisser sa marque dans un marché en pleine évolution ?

Pro

Points forts

  • Comportement routier
  • Confort général
  • Technologie embarquée
Contra

Points faibles

  • Pas de coffre à l’avant
  • Charge rapide limitée à 150 kW
  • Prix

Le cas du BMW iX3 est un peu étrange. Arrivé tard dans la vie du X3, cette version purement électrique ne sera restée au catalogue qu’à peine un an avant de bénéficier de son premier facelift. Désormais dans les clous avec ses frères aux moulins hybrides, essence et diesel, il est prêt pour affronter la concurrence, premium ou non.

BMW iX3 (2022) statisch, vooraanzicht

Changement de cap

Le BMW iX3 marque un léger changement de cap dans la philosophie électrique de Munich. Là où l’i3 - le premier orteil mis dans le bain des électriques par la marque allemande il y a maintenant presque 10 ans – présentait une forme, une plateforme en carbone et une technologie unique, le iX3 est bien plus conventionnel. À un point tel qu’on peut le qualifier d’un X3…électrique !

Pour se démarquer des autres modèles conventionnels, cette version tournant à l’électron applique la formule de BMW au pied de la lettre. À savoir : des accents bleu. Plein d’accents bleu. Et c’est toujours le cas après le facelift. On retrouve la couleur dans la calandre, autour du logo, sur les flancs du bouclier avant, partout dans l’habitacle et même sur le « diffuseur » du bouclier arrière. D’ailleurs, notons que le iX3 n’est désormais disponible qu’en version M Sport. Ça l’équipe ainsi de pare-chocs avant et arrière plus sportifs – avec les fausses entrées et sorties d’air obligatoires de nos jours – ainsi que de jantes spécifiques et des sièges sports à l’intérieur.

BMW iX3 (2022) statisch, achteraanzicht

Dans les rangs

D’ailleurs, quitte à mentionner l’habitacle, jouons aux jeux des sept différences. Vous avez trouvé ? Allez, on vous file un coup de main. Les principales différences ont à voir avec la taille et les commandes. D’une part, l’écran tactile du système d’infodivertissement grandit jusqu’à 12,5 pouces. Juste en dessous, on trouve les mêmes (nouvelles) commandes de la climatisation et de la radio que sur tous les autres modèles de la marque. Dans la même lignée, la console centrale présente la dernière version de la molette iDrive et du sélecteur de rapport.

Le tableau est complété par un volant sport (de série) habillé d’un beau cuir ainsi que d’une planche de bord recouverte d’un banal similicuir. Voilà pour les différences. Il tient tout de même de mentionner ce qui ne change pas. C’est-à-dire l’habitabilité. Avec le placement intelligent de la batterie, l’espace aux places avant, arrière ou même dans le coffre ne change pas d’un poil par rapport aux versions buvant du fuel. Le coffre offre toujours de 510 à 1520 litres d’espace de chargement. La banquette arrière est elle aussi toujours fixe.

BMW iX3 (2022) interieur

Deux temps trois mouvements

Dire que le iX3 est un simple X3 électrique est vrai, mais il ne faut cependant pas réduire le travail des ingénieurs de Munich à une simple transformation. Reposant sur la plateforme CLAR, le X3 était certes prêt pour tourner à l’électron. Une batterie de 74 kWh (net) vient se loger sous le plancher et sous la banquette arrière, tandis qu’un moteur électrique de 286 ch et 400 Nm de couple prend place sur le train arrière.

Hop, en deux temps trois mouvements, voilà que le SUV compact tourne à l’électricité. Le iX3 est aussi le premier de sa lignée à embarquer la 5e génération de propulsions électriques de BMW, qu’il partage avec les récentes iX et i4. D’après la marque, l’ensemble est fait sans terre rare et la batterie est produite dans une usine neutre en CO2…en Chine !

BMW iX3 (2022) rijdend, vooraanzicht

Komfort vor Freude

Rentrons dans le vif du sujet : la conduite. Et qui dit conduite dans une voiture électrique, veut souvent dire autonomie. Sur papier, BMW annonce une homologation de 460 km et une consommation variant de 18,5 à 19,5 kWh/100 km. De notre côté, il nous a paru impossible de passer en dessous de la barre des 20 si pas des 22 kWh/100 km. Après une charge complète, l’autonomie affichée était de 327 km. Respectable, mais les froides températures durant notre essai n’ont rien fait pour aider son cas. Cela a certainement dû affecter la charge rapide également car sur une borne Fastned (capable de fournir 300 kW), on n’a pas dépassé les 75 kW alors que BMW annonce une puissance maximale de 150 kW.

Bref, une fois en mouvement, le iX3 impressionne par la bonne intégration de son ensemble électrique. Typique à BMW, la régénération au lever de pied est bonne (réglable sur 3 niveaux) tandis qu’un simple mouvement du lever en « B » active la conduite à une pédale. Pour le reste, comme c’est le cas dans beaucoup de modèles de la marque actuels, le confort prône sur le dynamisme. Et c’est bien mieux comme ça ! Après tout, qui veut d’un SUV dynamique de 2 185 kg ?

BMW iX3 (2022) rijdend, achteraanzicht

Prix

Une fois n’est pas coutume, BMW jette sa politique du « tout à l’option » par-dessus bord. Deux versions sont présentes au catalogue. L’entrée de gamme Inspiring s’affiche à 71 000 € (France : 69 950 €) et le haut de gamme Impressive demande 76 925 € (France : 78 050 €). Histoire de justifier le prix, la première version embarque déjà la quasi-totalité de la liste d’équipements, y compris la navigation Pro, le toit panoramique et la pompe à chaleur. Par rapport à la concurrence, le iX3 est un peu « assis entre deux chaises ». Bien plus cher qu’un Audi Q4 e-tron, mais aussi plus grand, il est aussi plus abordable qu’un Mercedes EQC mais bien moins puissant.

Conclusion

Avec sa retouche maquillage peu après son lancement, le BMW iX3 joint l’utile à l’agréable. Ses qualités de conduite électrique et son confort sont désormais agrémenté par la technologie embarquée nécessaire. Il prouve aussi, encore une fois, que BMW gère l’intégration électrique avec un certain brio.

BMW iX3 (2022)

  • Moteur : électrique sur le train arrière
  • Puissance : 286 ch
  • Couple : 400 Nm
  • Transmission : automatique, rapport fixe
  • 0-100 km/h : 6,8 s
  • Vitesse maximale : 180 km/h (limitée)
  • Coffre : 510 - 1 560 l
  • Batterie : 74 kWh (net)
  • Consommation : 18,5 – 19,5 kWh/100 km (WLTP)
  • Autonomie : 460 km (WLTP)
  • Prix : 71 000 € (France : 69 950 €)

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

BMW i4 eDrive40 : l’Europe en ligne de mire

Essais · BMW

BMW M240i xDrive : la recette classique est-elle la meilleure ?

Essais · BMW

BMW Série 2 Active Tourer : toujours la grande vedette ?

Essais · BMW
Afficher plus