Passer au contenu principal
Pour cause de maintenance, AutoScout24 est accessible de manière limitée. Cela concerne quelques fonctions, comme par exemple la prise de contact avec les vendeurs, la connexion à votre compte ou la gestion de vos véhicules en vente.

Volkswagen ID. Buzz : le combi du futur

Avec le nouvel ID. Buzz, Volkswagen sort son style néo-rétro du fond du placard et vient le saupoudrer sur ses technologies les plus récentes. Le résultat : une familiale au capital sympathie impressionnant et surtout 100 % électrique. La mayonnaise va-t-elle prendre ?

Pro

Points forts

  • Capital sympathie
  • Autonomie correcte
  • Habitabilité
Contra

Points faibles

  • Manque de modularité
  • Poids
  • Plastiques dans l’habitacle

Vous vous souvenez du style néo-rétro ? Allez, cette mode qui a vu naitre les Fiat 500, Mini Cooper et Volkswagen Beetle. Ça a marché et ça marche toujours d’ailleurs. VW remet le couvert avec la version actuelle d’un modèle anthologique : le fameux « Combi ». Eh oui, ce nouvel ID. Buzz fait un beau clin d’œil au passé, tout en mettant cap sur le futur.

Volkswagen ID Buzz (2022) statisch, vooraanzicht

Dans le rétroviseur

C’est d’ailleurs un sacré clin d’œil car, il faut le dire, ce nouveau-né a de la gueule ! Peu importe la finition, peu importe la couleur et peu importe la carrosserie (familiale ou utilitaire), l’ID. Buzz déborde de personnalité. Ça commence par l’avant, avec le grand logo VW et la ligne d’accent qui rappelle le grand « V » des T1. Les feux au regard perçant et à la signature visuelle nette regardent, quant à eux, vers le futur.

Sur les flancs, on note des proportions qu’on n’avait précédemment vu que sur un concept-car. Les porte-à-faux sont réduits à un minimum et l’empattement est énorme (3,0 mètres). Passé les portes coulissantes (électriques en option), on arrive à la partie arrière qui est peut-être la plus conventionnelle. Eh oui, elle n’est pas sans rappeler le nouveau Multivan avec son hayon tout horizontal et ses fins feux. Pourtant, ici les blocs optiques sont reliés par une bande LED.

Volkswagen ID Buzz (2022) statisch, achteraanzicht

À l’ancienne

D’ailleurs, parlons-en de ce Multivan. On aurait beau croire que les deux véhicules sont identiques, mais rien ne pourrait être plus faux. Il suffit de passer le seuil de porte. Ici, on repère les éléments typiques des électriques de VW – instrumentation de 7 pouces et infodivertissement de 10 pouces – avec, évidemment, leur ergonomie médiocre. Pourtant, le tout est posé sur une planche de bord dotée d’une belle bande boisée entourée de chrome et les touches de couleurs ne manquent pas.

En sus, il y a des rangements partout. Et quand on dit partout, c’est vraiment partout ! Voilà pourtant la seule similarité avec l’autre grand transporteur de personne au badge VW. À l’arrière de l’ID. Buzz, pas de sièges modulables sur des rails intelligents, pas d’assises individuelles et même pas de troisième rangée. Eh oui, l’ID. Buzz a beau être grand, il n’offre que…5 places assises ! Pire encore, la banquette arrière (repliable en deux parties 40/60) n’est même pas amovible. VW essaye de cacher tout cela avec une sorte de faux plancher dans le coffre mais tout ce qu’il fait, c’est empiéter sur les 1 121 litres d’espace de chargement…

Volkswagen ID Buzz (2022) kofferruimte

Buzz…l’éclair ?

Tant qu’à parler du Multivan, on aurait fort à penser que l’ID. Buzz partage sa plateforme. Eh bien non ! Le dernier-né prend fondation sur la nouvelle plateforme modulaire MEB déjà étrennée par les ID.3, ID.4 et autres Cupra Born ou Skoda Enyaq. C’est d’ailleurs le premier modèle à reposer sur cette base qui bénéficie d’un empattement agrandit et, d’après les chuchotements des ingénieurs, il ne s’agit ici que de la version courte…

Bref, qui dit MED, dit partage de composants. Pour l’instant, l’ID. Buzz n’est disponible qu’en version Pro. Voilà qui veut dire qu’il s’équipe d’une batterie de 77 kWh dans le plancher et qu’elle alimente en électricité un moteur de 204 ch et 310 Nm de couple sur le train arrière. C’est assez pour fournir à ce géant amical une autonomie maximale de 423 km. Quand la batterie est vide, l’ID. Buzz pourra refaire le plein de jus à une puissance maximale de 170 kW (CC).

Volkswagen ID Buzz (2022) interieur

Surfin’ vibes

Malgré sa puissance, il ne faut pas s’attendre à ce que l’ID. Buzz soit un monospace rapide. Après tout, il tare à près de 2,5 tonnes sur la balance. Un conseil donc : mieux vaut rouler relax, comme un surfer californien qui attend la vague. De plus, c’est un type de conduite qui sied bien mieux l’amortissement un peu pataud de cette grosse bête et le confort général, assisté par une bonne isolation phonique. Aussi, l’électrique va bien mieux au style hippie néo-rétro.

Tant qu’à parler peace and love, la paix entre vos passagers continuera pendant plus longtemps que prévu. Eh oui, lors de notre essai sur les routes danoises, l’ID. Buzz s’est montré assez économe pour un engin de sa taille. Après une centaine de kilomètres, notre moyenne s’est fixée à 18,5 kWh/100 km alors que VW annonce au minimum 20,5 kWh/100 km. Roulant ainsi, c’est un jeu d’enfant de dépasser les 423 km d’autonomie.

Volkswagen ID Buzz (2022) rijdend, vooraanzicht

Prix

Puisqu’il est (pour l’instant) le plus grand véhicule sur la base électrique de VW, rien d’étonnant qu’il soit aussi le plus cher. Pour l’instant, dans sa finition Pro équipée de la batterie de 77 kWh et du moteur de 204 ch, l’ID. Buzz présente un prix d’entrée de gamme de 60 699,05 € (France : 56 990 €). C’est près de 10 000 € de plus qu’un Multivan ou qu’un ID.4 à puissances équivalentes (France : prix équivalents).

Volkswagen ID Buzz (2022) rijdend, achteraanzicht

Conclusion

Volkswagen réussit son pari avec l’ID. Buzz. Non, pas celui de bouger les masses à l’électrique…mais celui de nous charmer ! Certes, sa modularité est brouillonne et son ergonomie l’est tout autant mais ce géant amical compense cela par une bonne motorisation, un confort global et, surtout, une personnalité qu’on ne peut qu’adorer.

Volkswagen ID. Buzz Pro (2022)

  • Moteur : électrique
  • Puissance : 204 ch
  • Couple : 310 Nm
  • Transmission : rapport fixe
  • 0-100 km/h : 10,2 s
  • Vitesse maximale : 145 km/h
  • Coffre : 1 121 – 2 205l
  • Batterie : 77 kWh
  • Autonomie : 423 km (WLTP)
  • Consommation : 18,5 kWh/100 km (mesurée)
  • Prix : 60 699,05 (France : 56 990 €)

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Volkswagen Arteon R Shooting Brake : tambour battant

Essais · Volkswagen

Volkswagen Taigo : continuité logique

Essais · Volkswagen

Volkswagen Golf R : hyper active ou cliniquement efficace ?

Essais · Volkswagen
Afficher plus