Passer au contenu principal
Pour cause de maintenance, AutoScout24 est accessible de manière limitée. Cela concerne quelques fonctions, comme par exemple la prise de contact avec les vendeurs, la connexion à votre compte ou la gestion de vos véhicules en vente.

AC Cobra

L’histoire de l’AC Cobra est indissociable de celle de Caroll Shelby. Alors pilote de bon niveau, ce dernier a dû arrêter la compétition pour des problèmes cardiaques. Bien décidé à continuer dans le sport automobile, il se tourna vers le concepteur des petits prototypes anglais AC, pour tenter de concurrencer les grosses voitures de compétitions des Etats-Unis. L’arme anti-Corvette venait de voir le jour. Lisez plus

Modèles alternatifs

La première AC Cobra

Au début des années 60, Caroll Shelby contacte l'entreprise AC, dont il avait vu les véhicules aux 24 heures du Mans 1959. En 1962 voit le jour le premier modèle. Le travail est alors limité, Shelby se contentant d'intégrer un moteur Ford V8 au châssis. De fait, né avec un six cylindres en ligne Bristol, la petite AC originale a déjà été modifiée par la firme anglaise, pour recevoir un V6 Ford. Lorsque Shelby reçoit le premier châssis, le nez et la suspension avant ont donc été modifiés et il lui suffit de trouver un emplacement pour la boîte de vitesses (le V8 étant plus long que le V6). L'association fructueuse entre Shelby et AC débute, sauvant au passage la petite entreprise anglaise, en proie à des difficultés financières. Les premiers tours de roue étant convaincants en compétition, Shelby décide de muscler son petit roadster en remplaçant le Ford V8 260 par un 289. Moins de 100 unités équipées du 260 seront produites entre 1962 et 1963.

L'augmentation des performances

La Cobra de AC menaçant l'hégémonie des Ferrari en Europe et des Chevrolet Corvette aux Etats-Unis, la réponse ne se fait pas attendre de la part de ces constructeurs. En l'absence de réglementation limitant la cylindrée des moteurs en compétition, il est décidé de passer au bloc 289 en 1963, puis au 427 dès 1965. La puissance initiale d'un peu plus de 250 chevaux, passe à 425 chevaux avec le bloc de 7 litres de cylindrée. Il est alors nécessaire de revoir en profondeur un châssis qui commence à avouer ses faiblesses. La Mark III, qui apparaît en 1965, étrenne un tout nouveau châssis-cage, doté de tubes plus gros que ceux des premières AC. La suspension arrière à lames de ressort disparaît définitivement et ce sont des doubles triangulations qui équipent les quatre roues. La carrosserie est aussi largement modifiée pour permettre de faire passer des roues plus hautes et plus larges. Des jantes en alliage d'aluminium remplacent les premiers modèles à rayons. La Cobra, telle que nous la connaissons aujourd'hui, est née. Son aura en compétition n'est plus la même dès 1967, mais elle devient l'un des roadsters préférés des gentlemen drivers.

L'époque des répliques

Première voiture à associer la légèreté des roadsters britanniques à la puissance des V8 américains, la AC Cobra est devenue un mythe. Si les modèles originaux sont souvent inabordables d'occasion, un grand nombre de répliques font le bonheur des amateurs plus ou moins fortunés. Entre les répliques ou « continuation », produites par Shelby lui-même, celles construites par l'entreprise ayant acquis les droits et l'outillage de AC, les modèles non-officiels ou livrés en kit et les voitures d'occasion reconstruites plus ou moins fidèlement, il est parfois difficile de s'y retrouver. Les prix s'échelonnent selon l'exactitude des répliques, sur le plan de la carrosserie, mais également des trains roulants et de la motorisation. Davantage visionnaire que bon gestionnaire, Caroll Shelby a d'ailleurs dû répondre d'une plainte déposée dans les années 80 et qui l'accusait d'avoir contrefait des AC Cobra originales dans son propre atelier. L'une des répliques officielles a été produite par la firme Autokraft, avec, notamment, un développement constant des motorisations, avec la mise en place d'un V8 Turbo, et de la carrosserie, en aluminium et fibre de carbone. Il est aujourd'hui relativement facile de trouver des Cobra sur le marché de la voiture d'occasion. Leur provenance peut varier entre l'Angleterre, Malte, le Brésil, les Etats-Unis...

La Cobra qui avait un toit

Avant de travailler en étroite collaboration avec Ford, pour créer des Mustang à hautes performances, Caroll Shelby a voulu gagner les 24 heures du Mans. Cela n'est jamais arrivé au classement général, mais une Cobra Coupé a gagné sa catégorie en 1964, terminant quatrième de l'épreuve. En 1965, le même modèle devient champion du monde des voitures de sport, catégorie GT. Quasiment introuvable d'occasion aujourd'hui, cette voiture remplaçait l'habitacle ouvert par un toit. Ce dernier permettait à la voiture d'atteindre une vitesse de pointe plus élevée dans la longue ligne droite des Hunaudières du circuit manceau. Des répliques de cette voiture sont produites en série limitée par Superformance. Neuves ou d'occasion, celles-ci peuvent parfois atteindre des prix élevés, depuis que Caroll Shelby a déclaré qu'elles étaient des répliques exactes des premiers modèles.

L'héritage de Shelby

A l'instar des grands préparateurs européens comme Abarth ou Gordini, Shelby a cédé les droits de son nom, dans les années 80, pour que Ford l'utilise sur ses modèles de sport. Malgré sa mort en 2012, des Mustang Shelby continuent d'être produites. Certaines peuvent atteindre une puissance de plus de 850 chevaux, avec des moteurs V8 turbo de grande cylindrée.

Avis sur le véhicule AC Cobra

2 Évaluations

5,0