Acheter AC d'occasion pas cher sur AutoScout24.fr

Trouvez le véhicule souhaité

Offres correspondant à votre recherche

Offres correspondant à votre recherche

Aujourd’hui principalement associée à la légendaire Cobra, qui a le plus contribué à sa notoriété, la fameuse marque automobile britannique a pourtant participé de manière beaucoup plus large à l’histoire automobile depuis sa création en 1901 par les frères Weller. Au point que les véhicules AC d’occasion demeurent très recherchés par de nombreux collectionneurs passionnés. En ce début du XXe siècle, et alors que l’automobile n’en est qu’à ses balbutiements, l’ingénieur John Weller décide de se lancer dans l’aventure avec l’aide de son frère et de John Portwine, un investisseur fortuné séduit par leur projet. Ils présentent à Londres, au cours de l’année 1903, le prototype d’une petite voiture de 20 chevaux, au sujet de laquelle la presse ne tarit pas d’éloges.

Les débuts d’AC et le succès de l’Autocarrier

Ce premier projet va finalement laisser place à l’Autocarrier, un véhicule d’un tout nouveau genre. Il s’agit en effet d’un tricycle monoplace à vocation utilitaire, destiné notamment à une clientèle professionnelle. Équipé d’un petit moteur monocylindre refroidi par air, cet utilitaire va rencontrer un certain succès, tant et si bien qu’une version biplace est commercialisée en 1907 sous le nom de Sociable. D’abord baptisée Autocar and Accessories Limited, l’entreprise prend en 1915 le nom Autocarriers Limited, et déménage dans de nouveaux locaux. Après le succès de l’Autocarrier, AC va développer à partir de 1918 une nouvelle biplace équipée d’un moteur 4 cylindres, mais va dans le même temps connaître une mésentente entre ses fondateurs, qui vont tous deux quitter l’entreprise et laisser la direction à Selwyn Francis Edge, un pilote de course de renom.

Une réorientation vers le monde de la compétition

L’entreprise AC se tourne alors résolument vers la fabrication de voitures sportives, comme en témoigne la nouvelle AC Aceca qui va alors sortir de la chaîne de production. Ce modèle, équipé d'un 6 cylindres, est très avancé techniquement puisqu’il est, entre autres, doté de pistons et bloc-cylindres en aluminium. Cette automobile va s'illustrer en établissant plusieurs records, et en arrachant une victoire au rallye de Monte Carlo en 1926. Elle va surtout ouvrir la voie à la production d’autres modèles de plus en plus performants. La crise de 1929 va cependant mettre un terme à l’aventure, puisque l’entreprise va faire faillite. Rachetée en 1930, la marque va produire différents modèles qui vont lui permettre de se développer à nouveau et de s’implanter progressivement sur le marché américain. L’année 1953 voit le développement de l’AC Ace, un cabriolet sportif à l’aise tant sur les circuits que pour un usage quotidien. La Bristol, quant à elle, voit le jour en 1957. Ces deux modèles vont permettre à la marque de briller en compétition.

Les années 1960 et la conception de l’AC Cobra

Approchés en 1961 par l’Américain Caroll Shelby, un ancien pilote désireux de se reconvertir dans la fabrication d’automobiles sportives, les dirigeants du constructeur anglais acceptent finalement de lui prêter leur concours pour réaliser une voiture capable de rivaliser avec les puissantes Ferrari qui dominent alors la compétition. Les moteurs V8 étant fournis par Ford, Caroll Shelby va utiliser les châssis de la firme britannique, légèrement modifiés, pour donner naissance à la première AC Cobra. Équipée d’un moteur de 260 Ci de 4,2 litres, plus légère que les Chevrolet Corvette, elle est de surcroît une réussite sur le plan esthétique. Ses débuts prometteurs vont encourager ses créateurs à aller plus loin. Ils vont rapidement troquer le V8 Ford de 260 contre un moteur de 289 Ci délivrant une puissance de 271 chevaux, poussée à 360 chevaux pour les besoins de la compétition. La Cobra va d’ailleurs y décrocher un premier succès en 1963, puisque Sterling Moss et son équipe vont remporter à son volant la septième place au classement général des 24 Heures du Mans.

AC à son apogée : toujours plus vite, toujours plus loin

Les années qui suivent seront celles de tous les superlatifs. Dotée de motorisations toujours plus puissantes et notamment du V8 Ford 427 développant plus de 400 chevaux, la Cobra est en outre revue sur le plan esthétique. Avec des voies élargies et des galbes accentués pour loger des pneumatiques impressionnants, il s’en dégage en effet une grande virilité, qui n’est pas démentie par les sensations qu’elle procure sur la route. A la fin de l’année 1964, une Cobra est enregistrée à la vitesse de 295 km/h sur une autoroute britannique. Cela en fait l’automobile homologuée pour la route la plus rapide de cette époque. Son succès, et le mythe qu’elle a fait naître, ont conduit à en faire la voiture la plus répliquée, d’autant plus qu’il est difficile de dénicher une vraie Cobra d’occasion.

Un succès foudroyant difficile à perpétuer

L’histoire de la firme s’est poursuivie après la Cobra. Le châssis de cette dernière sera réutilisé pour servir de base à l’AC 428, dessinée par le designer italien Frua, à qui l’on doit notamment la Maserati Mistral. Produite à environ 80 exemplaires entre 1965 et 1973, elle marque le déclin de la marque et demeure quasiment introuvable de nos jours sur le marché de l’occasion. AC va connaître des difficultés financières, que la commercialisation de la nouvelle ME3000 neuve ou d’occasion, une biplace équipée d’un moteur central V6 Ford, ne va pas permettre d’enrayer. Après un rachat par Ford en 1986, la marque va alors changer de mains à plusieurs reprises. Les propriétaires successifs vont s’efforcer de produire de nouveaux modèles, qui seront cependant tous largement inspirés par la mythique Cobra.

AC en 2014, une marque auréolée de son glorieux passé

Toujours en activité aujourd’hui, le constructeur propose à la vente une petite gamme d’automobiles, toutes inspirées de la Cobra. Leur diffusion est confidentielle, en raison du tarif mais aussi de leurs caractéristiques techniques, peu accessibles au commun des mortels. On trouve ainsi dans son catalogue la MK VI GTS R, d’un poids de seulement 995 kilos et motorisée par un V8 de 6.2 litres délivrant 780 chevaux. Même les plus anciens modèles, lorsqu’ils peuvent être trouvés en occasion, exigent un investissement important : le juste prix d’une légende !

Mehr anzeigen