Essai: Audi A1 – Moins pour un mieux ?

La petite Audi A1 ‘made in Brussels’ se refait une beauté et perd un cylindre sur son modèle d’accès. Une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

Chez nos voisins belges, l’Audi A1 jouit d’un capital sympathie supplémentaire car, depuis son lancement en 2010, elle est fabriquée dans l’usine Audi de Bruxelles. Cela fait donc du modèle d’entrée de gamme de la marque aux quatre anneaux un vrai produit national. Cinq ans après son arrivée sur le marché, l’A1 a droit à un facelift et à un update technique incluant notamment l’adoption d’un nouveau moteur trois cylindres. Un pas en arrière ou un pas en avant ? La question mérite d’être posée.

Un million de combinaisons

Parlons d’abord de ce qui se voit de l’extérieur. Enfin, il faut un œil averti pour déceler les différences ! Vous voulez un peu d’aide ? Les blocs optiques sont un rien plus effilés et la grande calandre Singleframe s’élargit légèrement, adoptant le style introduit par la S1. A bord, on se retrouve tout autant en terrain connu même s’il faut souligner l’arrivée de nouveaux matériaux et de nouvelles combinaisons de couleurs. L’équipement évolue avec l’adoption de la dernière génération de l’interface multimedia (MMI) qui permet notamment d’avoir recours à une flopée de services en ligne.

Audi vise à l’évidence la même clientèle que celle de la Mini ou de la Citroën DS3. La stratégie est identique : avec toutes les combinaisons de couleurs, d’équipement et d’habillage intérieur, il y a plus d’un millions de possibilités de personnalisation. De quoi largement satisfaire les aspirations narcissiques des acheteurs.

Trois cylindres frugal

A côté des aspects cosmétiques, la plus importante nouveauté de cette A1 renouvelée qui fera ses débuts belges en janvier au Salon avant de gagner les showrooms se trouve sous le capot. A l’instar de ses concurrentes, la petite Audi renforce sa gamme avec des motorisations trois cylindres. Il s’agit de deux moteurs turbo, un essence 1.0 TFSI de 95 chevaux (99 g/km CO2, 4,3 l/100 km) et un diesel 1.4 TDI de 90 chevaux (89 g/km CO2, 3,4 l/100 km).

Comme le label ‘Ultra’ l’indique, le focus est mis sur la sobriété mais cela ne signifie pas ipso facto un abandon de toute notion de performance et d’agrément. Durant notre essai sur les routes escarpées de l’arrière-pays niçois, nous avons pu constater que ces petits trois cylindres relèvent le défi avec brio, sans trop donner de la voix et sans trembler comme des moulins à café. Le 1.0 TFSI est le moteur idéal pour celui qui se déplace en ville et alentours et qui cherche un bon compromis entre prestations, consommation et confort. Ce dernier point est encore amélioré par l’adoption de la boîte automatique à sept rapports S-tronic, laquelle se signale par un fonctionnement particulièrement harmonieux. Elle est disponible sur toutes les variantes de l’A1.

Le client qui désire un peu plus de caractère peut toujours opter pour les autres motorisations au sommet desquelles trône le 1.8 TFSI fort de 192 chevaux et d’emblée associé à la boîte S-tronic. Et si ce n’est pas encore assez, il reste la vraie sportive de la gamme, la S1 Quattro et ses 232 chevaux.

Audi propose la nouvelle A1 à partir de 17.700 €. La gamme offre toujours le choix entre trois et cinq portes (Sportback).

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Salon de Francfort : le début de la fin ?

De Tomaso P72 : Ressusciter avec style

Mini Cooper SE : 200 kilomètres

Afficher plus