Essai: Audi A8 – Sur la bonne voie ?

Après un premier essai de l'Audi A8 lors de sa présentation internationale, nous avons décidé de reprendre en main le vaisseau amiral de la marque aux anneaux. Ceci afin de mettre ses systèmes d'aides à la conduite évolués à l'épreuve de nos routes.

Des systèmes que l'on retrouve maintenant dans les Audi A7 et A6. À sa sortie, l'Audi A8 a été présentée comme le premier véhicule commercialisé en série offrant une autonomie de niveau 3. Ce niveau "eyes on hands off" signifie les yeux sur la route mais les mains libres. Un titre honorifique mais qui se confronte à une réglementation qui n'autorise pas encore son usage complet sur nos routes. À l'heure actuelle, ce mode autonome n'est pas donc encore activé mais cela n'empêche toutefois pas l'Audi A8 d'offrir d'ores et déjà des systèmes d'assistance à la conduite évoluées, comme vous le verrez dans la suite de cet essai et dans notre vidéo.

Intelligente

Dès le début de notre essai, nous décidons d'emprunter l'autoroute afin d'activer le mode semi-autonome intelligent. L'Audi A8 reste alors entre les limites de la bande de circulation tout en respectant la distance définie avec le véhicule situé devant elle. Comme une simple Audi A3 équipée des options ad hoc ? Oui mais l'A8 se montre plus intelligente car elle se cale automatiquement à la vitesse limite de l'axe emprunté et peut s'adapter si la limite évolue. Elle a également pour elle des capteurs plus précis pour mieux détecter son environnement.

Faillible

En pratique, elle ne s'est toutefois pas montrée infaillible. Même si notre test n'a pas de valeur scientifique et que l'autonomie de niveau 3 n'est pas encore déployée, au cours des 600 km parcourus, nous avons été confrontés à deux types d'erreurs. La première concerne le maintien dans la voie où, face à un soleil bas ou un marquage imprécis, le système a laissé l'A8 sortir de sa bande de circulation tandis que la voiture louvoie plus que la concurrence. Le deuxième concerne l'adaptation à la vitesse limite qui a poussé la voiture à ralentir de 120 à 70 ou 50 km/h sur voie rapide alors que ces limites concernaient les voies de sortie et non la voie empruntée.

Bye-bye les ralentisseurs

L'Audi A8 s'est toutefois montrée bluffante en étant capable de détecter les virages sur les axes empruntés et en adaptant sa vitesse pour passer la courbe. Il est même possible d'emprunter des ronds points sans toucher aux pédales, la voiture ralentissant et accélérant automatiquement. L'A8 s'est aussi montrée impressionnante à l'abord des ralentisseurs : une fois ceux-ci détectés, la voiture prépare les suspensions de telle sorte que le passage sur le casse-vitesse devient presque imperceptible. On est bien loin ici de l'Audi A3 que nous évoquions. Et encore plus quand on parle d'équipements.

Innombrables gadgets

Car l'Audi A8 offre également de nombreux équipements de conforts tels que quatre sièges agréablement massants, une modélisation en 3D de la voiture pour les manœuvres, une tablette arrière permettant de contrôler les stores, la lumière et même deux écrans d'info

Des détails presque aussi nombreux que le catalogue d'options proposé pour cette A8. Notre modèle d'essai dont le prix de base est fixé à 97.900€ était ainsi équipé de plus de 50.000€ d'options. Absorbant plus de 15l d'essence au 100 km en ville, son moteur V6 de 340 chevaux peut se montrer très économe sur autoroute avec une consommation constatée de 7,4l/100 km en se calant à la vitesse légale.

Audi A8 55 TFSI
Moteur : V6, essence, 2.995 cc
340 ch à 5.000 t/min
500 Nm à 1.370 t/min
0 à 100 km/h en 5,6 sec
Pointe : 250 km/h
Conso : 7,7 l/100km
CO2 : 175 g/km
Prix : 97.900 €

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Bugatti Chiron 300+ : Du record à la production

Actualité auto

Ferrari F8 Spider : Pilule bleue

Actualité auto

Lamborghini Sián : Taureau hybride

Actualité auto
Afficher plus