Essai: Porsche Panamera 4S Diesel – Bienvenue dans mes rêves

Les plus belles rencontres sont parfois celles qu'on n'imaginait pas. Et en réservant mon essai de la Panamera, je ne m'attendais pas à "la rencontrer". Et encore moins à l'aimer tellement.

Sachez-le, tous les journalistes automobiles ont "leurs marques", celles avec qui ils ont développé des affinités pour des questions de goûts, de sensibilité ou d'histoire familiale. Et je vous le dis tout net, Porsche ne fait pas partie de mes marques. Je n'ai rien contre elle et je reconnais bien évidemment ses qualités autant que sa légende, mais Porsche ne m'a jamais fait rêver. C'est comme ça. Voilà pourquoi cette rencontre était, pour moi, très inattendue.

La deuxième est la bonne

Tout dans la première Panamera m'avait laissé froid, principalement, c'est très subjectif et personnel, sa lourdeur esthétique. Bien sûr, il ne m'avait pas échappé que la nouvelle génération était vraiment plus belle. Belle tout court, en fait. Simple, pure, athlétique, imposante sans être lourde et avec des détails travaillés juste comme il faut. Mais la voir en photo ou furtivement dans le trafic, ce n'est rien comparé à vivre avec elle plusieurs jours. Avoir le temps de la contempler, être gagné par son charisme, séduit par ses courbes. Que les porschistes me pardonnent mais moi, c'est la première fois que je perçois de la sensualité dans une Porsche. Pas une sensualité débordante à l'italienne, une sensualité réservée, mais qui fait son effet.

L'intérieur de cette nouvelle génération a aussi tout pour lui. Le côté technologique que donnent le vaste écran du système multimédia, le dessin très contemporain de la console centrale et l'autre écran tactile situé entre les places arrière, par lequel les passagers peuvent tout commander (clim, système audio…). Il a le côté sportif de Porsche, avec les cinq cadrans ronds (dont quatre virtuels), le compte-tours au centre, la forme des sièges et leur assise basse. Il a le côté familial, avec des places arrière très généreuses et un coffre à faire rougir certains monospaces compacts.

Finalement ce n'est qu'aujourd'hui que je comprends que la Panamera, ce sont tous les attributs d'une limousine de standing façon Mercedes Classe S, mais selon une approche différente. A ma décharge, je pense sincèrement que ce n'est qu'avec cette seconde tentative que Porsche a réellement réussi à doser les ingrédients à la perfection.

Caractère Porsche

Vous allez me trouver bizarre, mais c'est vivre avec la Panamera ma vie de famille qui m'a convaincu, plus que les performances ou le comportement quand on commence à chatouiller l'accélérateur. Mais attention, cette voiture est vraiment une Porsche. Docile, confortable et assez économique en mode "Normal", elle sait se fâcher quand on tourne la petite molette placée au volant en mode "Sport" ou "Sport+". Là, on retrouve bien l'esprit Porsche, avec un nez léger et incisif, et un caractère survireur malgré les 4 roues motrices (surtout en Sport+), donnant l'impression que, comme dans une 911, tout le poids est à l'arrière.

Finalement, il ne manque qu'une chose: du son. Certes le V8 4.0 turbo diesel n'a pas une voix de 2.0 TDI, c'est clair. Il est même capable de jolies notes menaçantes. N'empêche, tout V8 qu'il soit, ce diesel ne peut chanter comme un V8 essence. En même temps, il se le fait pardonner par une moyenne de 8 l/100 km, et c''est vraiment le seul reproche "majeur" que j'aie pu identifier. Ca, et la facture de quelques 170.000€ pour une Panamera 4S Diesel garnie d'options plus ou moins indispensables.

La question finale est: cette interprétation de la limousine de luxe remplace-t-elle dans mon cœur la Classe S? Non, mais dans mon garage de rêve, Classe S et Panamera sont garées côte à côte.

Porsche Panamera 4S Diesel
Moteur: V8 biturbo diesel, 3.956cc
422 ch à 3.500 t/min
850 Nm à 1.000 t/min
0-100 km/h: 4,5 secondes
Pointe: 285 km/h
Conso: 6,7 l/100 km
Moyenne de l'essai: 8,4 l/100 km
CO2: 176 g/km
Prix: 119.927€

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

BMW Série 2 Gran Coupé : L'habit ne fait pas le moine…

Actualité auto

Porsche Taycan 4S : Il y a entrée de gamme et entrée de gamme.

Actualité auto

Jost Capito : "Une VW R, c'est comme une panthère noire."

Actualité auto
Afficher plus