Acheter une Peugeot 304 sur AutoScout24.fr

Trouvez le véhicule souhaité

Offres correspondant à votre recherche

Offres correspondant à votre recherche

Peugeot 304 : un coupé de collection vintage

La Peugeot 304 est un coupé de collection aux accents vintage. Elle est la digne héritière de la 204. Son histoire débute en 1969 dans les usines de la marque à Sochaux. Sa durée d'existence fut assez longue puisque les ateliers du Doubs la produisirent jusqu'en 1980. On doit ses lignes épurées et élégantes au designer italien Pininfarina. Il fut à la fois artiste, homme politique et d'affaires et réalisa notamment des créations de carrosserie pour la scuderia Ferrari, les coupés Fiat ou encore la sublime Maserati Gran Turismo. Pour parachever son oeuvre, il s'inspira du travail entrepris pour la Cadillac Jacqueline, une auto qu'il imagina en hommage à Jacqueline Kennedy-Onassis, notamment épouse du défunt président américain John Fitzgerald Kennedy. La première mouture de la Peugeot 304 était plutôt rustique dans ses fonctionnalités puisque son levier de vitesses était situé au volant. En réalité, ce véhicule existe en deux versions, coupé et cabriolet. 120 000 exemplaires s'en écoulèrent au total au cours des années 1970. Son côté petit bourgeois et son prix plutôt élevé pour l'époque en fait une auto destiné aux amateurs fortunés. Elle s'achète d'ailleurs toujours en voiture d'occasion sur des plateformes de collectionneur et se négocie souvent autour de 10 000 euros.

La Peugeot 304 : une voiture aux multiples évolutions

Depuis ses débuts en 1969, la Peugeot 304 connaît des évolutions multiples. Elle est dotée originellement d'un moteur XL3 de 1288 cm³ atteignant 150 km/h à pleine puissance. Ce n'est qu'un an plus tard que les coupés et les cabriolets font leur apparition. Principale innovation ? Le déplacement du levier de vitesses du volant au plancher. La version break naît en 1972 et arbore un intérieur avec un grand soin dans les finitions. Le coffre s'habille de bois tout comme la face arrière de la banquette. En avril de la même année apparaît la version S. Elle profite d'un moteur plus puissant à carburateur double corps et atteint désormais une vitesse maximale de 160 km/heure. À cette occasion, les suspensions sont modifiées pour supporter cette puissance accrue. En 1975, Peugeot abandonne la fabrication des coupés et des cabriolets pour ne se consacrer qu'à la berline. Elle arbore un accoudoir central, une calandre noire mate ainsi que des clignotants-veilleuses blancs. En 1977, la gamme s'enrichit d'un break en version simplifiée, d'une diesel et d'une fourgonnette. Enfin, en 1979-80, les amateurs de belle mécanique voient apparaître un nouveau train avant élargi de style MacPherson, de nouvelles roues avec cache plastique noir sur le moyeu et à chaque écrou. À cela s'ajoute un nouveau lion, emblème de la marque, chromé et creux placé au niveau de la calandre.

Une voiture d'occasion dotée d'une motorisation très robuste

La grande force de cette auto à la fois citadine et routière ? Son moteur en ligne doté de quatre cylindres 1200 cc situé à l'avant. Elle bénéficie également de huit soupapes et d'un carburateur Solex. La transmission s'effectue au niveau des roues avant. Sa boîte de vitesses est manuelle et dispose de quatre rapports. Elle développe une puissance maximale de 25 chevaux DIN à 6000 tours par minute. Elle atteint une vitesse honorable de 160 km/heure ce qui permet de l'utiliser sur toutes les routes, autoroutes comprises. Elle fut sauvée de l'oubli par son accession au rang d'automobile de collection. Sur le marché de l'occasion, il est fréquent de trouver des Peugeot 304 en excellent état même si la carrosserie est rarement d'origine. En effet, dans les années 1970, les traitements anticorrosion ne présentaient pas autant d'efficacité qu'aujourd'hui. La 304 apparaît dans de nombreux films des années 1970 et Louis de Funès en posséda même une. On peut citer Le Professionnel avec Jean-Paul Belmondo, Un Eléphant ça trompe énormément avec Jean Rochefort ou encore plus récemment dLa Rançon de la Gloire avec Benoît Poelvoorde.