Prise de contact: Seat Leon Cupra 290 – Tout est dans le nom…

2016 marque les 20 ans de la griffe Cupra. Pour marquer le coup, Seat offre une poignée chevaux supplémentaires à sa Leon la plus sportive, qui en affiche désormais 290. L’occasion pour nous de refaire connaissance avec cette espagnole au sang bouillant !

Visuellement, rien ne distingue cette nouvelle Leon Cupra de celle qu'elle remplace, si ce n'est le petit badge «290» qui vient subtilement se glisser sur le hayon. Bien maigre, finalement autant que les 10 chevaux gagnés à la faveur d’une reprogrammation et d’un nouvel échappement. Les performances restent inchangées : 5,8 s (5,7 avec la boîte DSG) pour effectuer le 0 à 100km/h et 250 km/h en pointe.

Safety first

Au-delà des chiffres, c'est surtout le comportement de l'Ibère qui séduit toujours. En sélectionnant le mode Cupra, le plus abouti des typages proposés, la Leon peut compter sur son blocage de différentiel avant pour assurer motricité sans faille et efficacité en toutes condition, sans faire souffrir le train avant de remontées de couple, de 350 Nm. L'excellente base MQB du Groupe Volkswagen assure des réactions très progressives et un comportement sportif mais plutôt neutre, qui participe à la mise en confiance du conducteur. Seuls les amateurs d'excentricités regretteront peut être de ne pas pouvoir jouer du train arrière, indécollable du bitume.

La Cupra est proposée en boîte manuelle ou automatique DSG à 6 rapports. Cette dernière permet de tirer le meilleur parti du moteur 2 litres par la promptitude de ses enchaînements, quand la solution manuelle pêche par des débattements un peu longs. Dans les deux cas, la consommation normalisée (6,7 ou 6,6 l/100km sur la berline) n'est évidemment qu'illusoire pour qui abusera de la pédale de droite.

Tarifs

La Leon Cupra 290 est toujours disponible en SC (3 portes, 33.915€), berline (5 portes, 34.265€) et break ST (35.415€). A son tempérament de feu, elle ajoute une présentation et des aspects pratiques soignés avec de confortables sièges badgés Cupra à l'avant comme à l'arrière et un coffre d'une contenance appréciable : 380 litres pour les deux premières, 587 litres pour la dernière.

16 ans d'écart !

Lors de cette prise en main, Seat nous a également offert de redécouvrir la toute première Leon Cupra (2000). La légèreté des portières suffit à elle seule à nous replonger dans le passé, tout comme les plastiques durs omniprésents comme il était de coutume à l'époque. Mais c'est surtout techniquement que le changement se ressent. La précision de la direction relève du concept, avec un flou marqué autour du point milieu, la pédale de frein spongieuse à la course très longue ou encore les suspensions très souples pour un modèle sportif prêtent presque à sourire. En revanche, si le bloc V6 2.8l n'affiche «que» 204 chevaux, sa souplesse et son couple procurent un agrément que peuvent lui envier les moteurs turbcompressés modernes. Quant à l'efficacité, elle était assurée par une transmission intégrale, particularité à ce jour unique sur la gamme Cupra !

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Salon de Francfort : le début de la fin ?

De Tomaso P72 : Ressusciter avec style

Mini Cooper SE : 200 kilomètres

Afficher plus