Passer au contenu principal
Pour cause de maintenance, AutoScout24 est accessible de manière limitée. Cela concerne quelques fonctions, comme par exemple la prise de contact avec les vendeurs, la connexion à votre compte ou la gestion de vos véhicules en vente.

Dacia Break

Depuis que le constructeur automobile roumain Dacia s’est introduit dans le marché des voitures particulières à la fin des années 1960, les Roumains ont coopéré avec la société française Renault dans le développement et la production de leurs berlines et leurs breaks, jusqu’à ce que Renault absorbe finalement entièrement Dacia en 1999.

La Dacia Break naît à partir du modèle Renault 10

Alors que Fiat co-fondait en Pologne une marque autonome, Polski Fiat, en accord avec un engagement déjà pris dans les années 1930, les Français se contentaient, en Roumanie communiste, de vendre des plans de construction à leur partenaire et de permettre ainsi à Dacia, sous son propre label, de reconstruire des modèles comme la Renault 8. Même pour la Renault 12 présentée en berline et break en France en 1969, les Roumains se sont assurés des droits de licence et ont commencé la production de la Dacia 1300. Ce modèle construit jusqu’en 2004 forma la base pour le premier break de la marque. D’après l’exemple du terme français, l’appellation de ce modèle fut « Break ». La Dacia Break fut également présente dans les rues d’Europe Occidentale, en tant que véhicule importé. Assortie avec une autre structure, la Dacia Break était en outre disponible sous le nom de Dacia Pick-up dans un modèle à espace de chargement ouvert. La Dacia Break fut remplacée par les breaks de la série Dacia Logan introduite en 2004. Le pick-up construit à partir de la plate-forme de la Dacia Break fut en revanche encore produit jusqu’en 2006.

La Dacia Break est mise en vente sur le marché en 1973

La Dacia Break, construite à partir du modèle de la Renault 12, sortit d’usine pour la première fois en 1973 sous le nom de Dacia 1300 et était vendu à l’export également sous les noms de Dacia Denem et Dacia Break. Le design de la Dacia Break fut modernisé plusieurs fois jusqu’à l’arrêt de sa production en 2004. Il en est de même pour l’aspect technique de la Dacia Break. Les plus récents modèles étaient même équipés, dans la version la plus haut de gamme, de vitres électriques et d’une boîte à cinq vitesses. Les acheteurs de la Dacia Break devaient néanmoins, jusqu’à l’arrêt de sa production en 2004, se passer de systèmes de sécurité comme l’ABS ou l’ESP.

Les différentes versions de la Dacia Break de 1980 à 2004

Les premières modernisations de l’extérieur ont eu lieu en 1980, lorsque la Dacia Break est entrée dans la nouvelle série de construction 1310. Quatre phares ronds dans une calandre en plastique noir ont remplacé les anciens phares rectangulaires. La dernière génération de Dacia Break sortit en 1998, avec dorénavant une calandre plus fine et des phares en forme de trapèze.

La Dacia Break CLi en version haut de gamme à partir de l’an 2000

En raison de leur technologie robuste, la Dacia Break avait en Europe de l’Est comme de l’Ouest la réputation d’un break fiable et facile à réparer. En modèles essence, la Dacia Break était disponible, selon l’année de construction, avec une motorisation d’entrée de gamme à 1,2 ou 1,3 litres de cylindrée. Ces versions de la Dacia Break avaient une puissance qui allait jusqu’à 56 kW (76 chevaux). Deux autres versions de la Dacia Break étaient disponibles avec des moteurs 1,4 et 1,6 litres. Sur ces modèles la performance montait jusqu’à 72 kW (98 chevaux). Dans la meilleure version, en vente de 2000 à 2004, la Dacia Break CLi à injection essence pouvait atteindre une vitesse de presque 150 km/h.