Prise de contact: Renault Twingo RS – Un vrai petit jouet

Non, nous n'avons pas testé une voiture pour enfants, même si la Twingo RS rouge vif ressemble quelque part à une voiture de police pour gamins ! La toute dernière née de chez Renault représente le top des petites voitures et elle est loin d'être lente sur la route.

A condition de savoir bien l'utiliser...
Renault a étendu les possibilités de la petite Twingo RS en lui attribuant 133 chevaux au lieu de 100 jusqu'à présent. Mais, contrairement à la Twingo GT haut de gamme, elle ne sera pas disponible en mode turbo, les ingénieurs misant sur un moteur conventionnel.

Raisons économiques

L'explication est simple : il aurait été trop coûteux de mettre le moteur turbo 1,2 litre équipant la GT dans la RS. En effet, le prix est tout bonnement le meilleur argument de vente de la Twingo, puisque vous pourrez obtenir la RS pour 15.600 euros. La concurrence est bien plus chère : la Citroën C2 1,6 débute aux alentours de 17.700 euros et la toute récente Fiat 500 Abarth (135 CV) est environ 1.000 euros plus chère que cette dernière.

Qu'obtiennent les clients de Renault pour ce prix avantageux ? A l'extérieur, rien ne change vraiment, les rétroviseurs et les contours gris métallisés des feux antibrouillard soulignent le caractère sportif de la voiture. On peut noter aussi de plus amples entrées d'air allant de pair avec un pare-chocs et des phares sombres rabaissés. A l'arrière, le pot d'échappement 4 en 1 chromé ainsi que le spoiler de toit gris métallisé sont frappants. Ce dernier améliore certes un peu la tenue de route, mais c'est plutôt un accessoire esthétique.

Comme ci ou comme çà

La Renault Twingo RS est rabaissée d'environ 10 millimètres par rapport à la GT. Pour une meilleure stabilité sur route, l'empattement a été élargi de près de 60 millimètres. Les roues de 16 pouces et les pneus de 195 complètent efficacement le châssis sport. Les ailes ont été élargies afin de laisser plus de place aux roues. Ainsi, la Twingo paraît un peu plus trapue sur la route.

Dès notre première sortie, nous avons trouvé la Twingo RS Sport parfaitement équilibrée pour une voiture de tous les jours. Les ingénieurs ont réussi à donner à cette petite voiture une dimension sportive sans pour autant délaisser totalement le confort. La française n'est pas dure, mais ferme. Les occupants de la voiture ressentent toutefois les imperfections de la route, car les suspensions sont plus rigides de 30% que la GT. Mais c'est aussi pour cela qu'on veut conduire la version Sport. Par contre, la Renault se tient parfaitement dans les virages, sans que l'ESP de série intervienne plus que d'ordinaire.

De super sièges

Compliments également, côté confort, pour les sièges sport de série. Ils ne font pas que maintenir fermement conducteur et accompagnateurs, ils sont aussi super confortables et neutralisent en partie les à-coups dus aux aspérités de la route. Mais il ne faut pas être trop gros, car l'assise n'est pas large. Les ceintures de sécurité rouge vif, le compte-tours et le pédalier alu sont également de série.

Revenons sur la route. La Twingo RS est tractée par un moteur 1,6 litre. Pour atteindre les 133 chevaux du 4 cylindres, il faut flirter avec les 6 750 tours et le couple maximal de 160 Newton mètres est atteint à 4 400 tours.

Une vitesse en moins

Cette Renault ne possède malheureusement qu'une boîte manuelle cinq vitesses, apparemment pour des raisons encore une fois économiques. On regrette l'absence de la sixième : il faut en effet beaucoup changer les vitesses si l'on veut maintenir le quatre cylindres au-dessus de 4 000 tours. Malgré tout, la boîte de vitesse fonctionne sans heurts et de façon précise et n'a rien à voir avec la précédente. En optimisant au mieux les possibilités de la Twingo on aura un grand plaisir à la conduire et à écouter son doux vrombissement. De plus, grâce à la direction assistée électronique, la petite voiture se manœuvre aisément. Celui qui a suffisamment d'audace peut même désactiver complètement l'ESP afin de conduire plus sportivement.

Plus ferme

A côté de la version sportive, Renault propose également comme vu plus haut la Version Cup. Pour 450 euros de plus, vous aurez alors une Twingo rabaissée de 4 millimètres supplémentaires avec des suspensions raffermies de 10%. Les pneus gris de dimensions 195/40 17 pouces font sentir les aspérités de la route. Mais la version Cup ne doit pas être considérée comme trop rigide. Ce manque de confort relatif est en effet compensé par encore plus de dynamique et la Twingo RS Cup se conduit encore un poil plus vite dans les courbes. Elle est équipée de disques de freins de 280 millimètres à l'avant et de 240 millimètres à l'arrière. Les freins avant sont repris en outre de la Laguna, ceux à l'arrière de la Mégane.

Peu économe

Les deux versions de la Twingo RS passent de zéro à 100km/h en 8,7 secondes. Renault indique qu'elles peuvent atteindre une vitesse légèrement supérieure à 200 km/h et que la consommation est de 7 litres, ce qui est un bon demi-litre supérieur à la Fiat 500 Abarth. Mais vous aurez compris, bien sûr, que ces valeurs ne s'appliquent pas à une conduite sportive.

La Twingo RS est équipée de série d'une climatisation manuelle, d'un radio/CD, de vitres électriques, de capteurs de luminosité et de pluie et d'un régulateur de vitesse. Cette deux portes possède aussi une banquette arrière mono-bloc rabattable.

En conclusion

Renault a sorti une Twingo RS sportive bien réussie à un prix avantageux. Pour 15.600 euros, la concurrence n'a qu'à bien se tenir ! De plus, elle réalise de grandes performances sur route et elle est surtout très agréable à conduire. Enfin, grâce aux deux versions proposées, le constructeur français s'adapte vraiment à vos préférences. Pour des trajets quotidiens, la version sport est vivement recommandée, la Cup étant un peu ferme.

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

Salon de Francfort : le début de la fin ?

De Tomaso P72 : Ressusciter avec style

Mini Cooper SE : 200 kilomètres

Afficher plus