Reportage: Spéciale Groupe B: Renault 5 Turbo 1 – Complètement différente

A la fin des années 70, Renault est en plein développement des moteurs turbo pour la F1 tandis qu'en rallye, l'Alpine A110 ne résiste plus à la phénoménale Lancia Stratos. Mais en même temps que l'arrivée de la nouvelle Renault 5, le constructeur prépare un plan diabolique.

La Renault 5 Turbo 1 est le résultat d'une séance de brainstorming entre Jean Terramorsi et Henry Lherm, deux hommes du marketing Renault, tandis qu'ils "covoituraient" en route vers le boulot. Un résultat qui, aujourd'hui encore, crée un certain choc.

Moteur sur la banquette arrière

A notre époque, on appellerait ça penser "out of the box" et dans le cas de la Renault 5 Turbo 1, on peut vraiment prendre l'expression littéralement. Le moteur est déplacé de l'avant vers la banquette arrière, les roues ont dû être "sorties" de la carrosserie de manière à faire place à tous les éléments de transmission et il a fallu du temps avant de trouver le moteur idéal. On pensa un moment à un V6, mais lorsque le choix se porta finalement sur un petit bloc turbocompressé, on s'empressa d'embarquer dans le projet les gens de Renault Sport qui s'occupaient de F1. En l'an 2016, tirer 160 ch d'un moteur essence 1.4 turbo ne parait pas si spectaculaire. Mais à l'époque, c'était 70% de puissance en plus par rapport au même moteur sans turbo, tel qu'on le trouvait dans la Renault 5 Alpine.

970 kilos

La Renault 5 Turbo 1 est née avant même qu'on ne parle des règles de Groupe B. Renault l'a montrée pour la première fois au Salon de Bruxelles de 1980. Pour l'homologuer en Rallye, le constructeur devait alors produire 400 exemplaires et plus tard, la R5 Turbo eut droit à une homologation à part en Groupe B. La voiture est aussi complexe qu'elle en a l'air. Pour faire baisser le poids, La Renault 5 Turbo 1 reçoit un toit, des portières et un coffre réalisés en aluminium. Et l'habitacle étant presqu'exclusivement composé de plastique, la balance affiche un poids très raisonnable de 970 kilos.

A notre avis, il est rigoureusement impossible de ne pas craquer devant cette Turbo 1 rouge (le bleu était l'unique autre couleur disponible) et son habitacle délicieusement rétro. Il est clair que le responsable-qualité était probablement enfermé dans un placard à balais le jour où il devait valider l'intérieur, mais tournez la clé de contact de ce petit monstre, et le 1.4 qui grogne comme un pitbull à travers l'échappement Devil vous fera vite oublier toute considération triviale concernant les plastiques.

Temps de réponse

Cette petite auto ne dispose pas d'une transmission intégrale, une innovation inaugurée par Audi. Et le temps de réponse du turbo vous laisse le temps de tricoter une écharpe avant que l'aiguille du compte-tours n'accroche le 4.000. Mais quand elle y arrive… Oh mon Dieu ! C'est LE coup de pied au cul ! Un 0-100 tué en 6,9 secondes, en 1980, ça vous parle? Reporté aux performances de 2016, ce serait l'équivalent de 4 secondes. Le voiture est aussi bénie par une boîte manuelle 5 mieux étagée que celles de la plupart des Renault actuelles. Et à mesure que le moteur prend sa température, une délicieuse odeur d'huile chaude se répand à bord. Difficile de trouver une expérience de conduite plus purement mécanique que celle-ci.

Le plus étonnant, c'est qu'on se sent très vite en confiance au volant. Les mains semblent commander directement les roues antérieures, et le reste du corps ressent directement la quantité de chevaux que le train arrière doit gérer. Et aussi longtemps que l'on tient compte des limites imposées par l'empattement très court (ne jamais remettre les gaz comme une brute en sortie de virage rapide si l'on tient à conserver un peu de contact avec le sol), la petite Turbo 1 est étonnamment prévisible. Au final, vous ne trouverez pas mieux pour écrire votre nom sur l'asphalte en lettres de gomme brûlée.

Une classique qui a de la valeur

Les grands succès sportifs de la 5 Turbo ne sont finalement pas si nombreux, ses victoires en Championnat du Monde se limitant au Monte

Aujourd'hui, la Renault 5 Turbo est une classique très recherchée. Entre 1980 et 1982, la Turbo 1 a été produite à 1.678 exemplaires, bien plus que nécessaire pour l'homologation. Ces versions sont maintenant pratiquement introuvables et il faut compter à peu près 70.000€ pour en acquérir une. Nouvelle, elle coûtait l'équivalent de 22.800€.

Prêt pour la prochaine étape

Tous les articles

De Tomaso P72 : Ressusciter avec style

Mini Cooper SE : 200 kilomètres

Concours de Monaco : De l'art dans les rues

Afficher plus